Emprunt obligataire groupé non solidaire de 167 M € : le prospectus

Dans la continuité de la première émission obligataire groupée non solidaire, les CHU de Amiens, Angers, Besançon, Brest, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoge, Marseille, Montpellier, Nancy, Nice, Nîmes, Reims, Saint-Etienne et Tour, et le CHR de Metz-Thionville, auxquels se sont joints le CHR de La Réunion et les Centres hospitaliers de Lagny, de Sainte-Anne et du Sud Francilien, se sont regroupés pour émettre un montant de 167 M€ auprès d'investisseurs variés.Télécharger en ligne le prospectus qui présente les caractéristiques juridiques et financières des émetteurs.

Dans la continuité de la première émission obligataire groupée non solidaire, les CHU de Amiens, Angers, Besançon, Brest, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoge, Marseille, Montpellier, Nancy, Nice, Nîmes, Reims, Saint-Etienne et Tour, et le CHR de Metz-Thionville, auxquels se sont joints le CHR de La Réunion et les Centres hospitaliers de Lagny, de Sainte-Anne et du Sud Francilien, se sont regroupés pour émettre un montant de 167 M€ auprès d’investisseurs variés.

La note Aaa, reflet de l’excellente appréciation par Moody’s de la qualité de signature des membres du groupement, le succès de la première émission réalisée en 2009, ainsi que le contexte de marché, ont permis de placer ce nouvel emprunt obligataire, le 15 avril, au taux attractif de 3,69 %, soit à mid-swap 10 ans plus 40 Bps et 25 Bps au-dessus de l’OAT dix ans.

Comme l’an dernier, les caractéristiques choisies de l’opération (durée de 10 ans, remboursement in fine, à taux fixe, s’inscrivent dans la volonté des CHU de diversifier leurs sources et leurs profils de financement pour les investissements redus nécessaires pour la prise en charge de leurs patients.

Le prospectus, visé par l’autorité des marchés financiers, présente les caractéristiques juridiques et financières des émetteurs.

Téléchargez le prospectus

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.