En direct du CHU Nantes, pour tout savoir sur l’ambulatoire

Au CHU de Nantes, plus de 54% des séjours se font en ambulatoire. Rendez-vous samedi 17 septembre, en direct sur le web de 11h à 12h, pour tout connaître sur ce mode de prise en charge. Une émission accessible sur : ambulatoire-nantes.tv
Au CHU de Nantes, plus de 54% des séjours se font en ambulatoire. Rendez-vous samedi 17 septembre, en direct sur le web de 11h à 12h, pour tout connaître sur ce mode de prise en charge. Une émission accessible sur : ambulatoire-nantes.tv
Etre pris en charge en ambulatoire, c’est-à-dire entrer le matin à l’hôpital pour en ressortir le soir, représente une véritable alternative à l’hospitalisation traditionnelle. Pour le patient, c’est la garantie d’un traitement aussi efficace qu’auparavant mais réalisé dans un temps plus court, moins de 12 heures. L’émission reviendra, avec une dizaine d’invités, praticiens et autres experts, sur l’innovation majeure que représente cette alternative et ses perspectives au sein du CHU de Nantes.
Ce nouveau mode de prise en charge se développe, en effet, dans toutes les disciplines (pédiatrie, gériatrie, psychiatrie, médecine, chirurgie, cancérologie ou encore gynécologie) au sein de locaux confortables et adaptés pour un meilleur accueil des patients.
64% des séjours en 2025
Virage complet pour le CHU de Nantes, les séjours ambulatoires de médecine et chirurgie représentent déjà plus de la moitié de son activité et devrait atteindre 64% en 2025 dans le cadre du projet du futur hôpital  
Celui-ci rassemblera sur un site unique au cœur de la ville, l’Ile de Nantes, tous les lits de court séjour de médecine, chirurgie et obstétrique. Plus qu’un projet architectural, l’objectif est de créer un véritable " quartier de la santé " associant notamment les instituts de recherche, la faculté de médecine et les instituts de formation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.