En psychiatrie 5, les patients s’évadent… dans le monde de l’art

Les patients hospitalisés dans le service de psychiatrie dirigé par le docteur Rachel Bocher ont participé à des ateliers de création animés par des étudiants de l'école des Beaux-arts de Nantes. Pour le plaisir, simplement.

Les patients hospitalisés dans le service de psychiatrie dirigé par le docteur Rachel Bocher ont participé à des ateliers de création animés par des étudiants de l’école des Beaux-arts de Nantes. Pour le plaisir, simplement.

Réalisées sur papier kraft, les grandes fresques colorées accrochées au mur dans le pavillon Pierre Janet, à Saint-Jacques, ne dépareraient pas dans une galerie. Elles sont l’oeuvre de groupes de patients hospitalisés dans le service de psychiatrie 5 dirigée par le docteur Rachel Bocher, amateur d’art et convaincue de longue date de l’importance de la pratique artistique pour les malades mentaux… comme pour tout un chacun : « Il ne s’agit pas de thérapie, précise-t-elle. Pas question pour les soignants d’interpréter les oeuvres, ni pour les intervenants d’intervenir sur l’aspect thérapeutique. Il s’agit seulement de permettre aux malades mentaux d’exprimer leur sensibilité exacerbée et aussi de se présenter sous un nouveau jour, d’être regardés différemment, pour la qualité de ce qu’ils font. L’art ne soigne pas… mais il fait du bien. »

Depuis vingt ans, avec l’aide d’un réseau personnel tissé dans le milieu de l’art, Rachel Bocher fait entrer en psychiatrie la pratique artistique sous plusieurs formes : théâtre avec la compagnie Royal de Luxe, bande dessinée avec l’école des Mines, arts plastiques en partenariat avec le musée et l’école régionale des Beaux-arts de Nantes (Erban)… Cette année encore, des étudiants en 3e ou 4e année à l’Erban sont venus animer des séances auxquelles participaient librement des personnes hospitalisées ou dans le cadre d’une post-hospitalisation, à raison d’une dizaine de participants par atelier. Les soignants sont partie prenante : « Chacun est à sa place, une dynamique peut s’instaurer, à partir de consignes à mettre en oeuvre. La pratique artistique amène une structuration de l’image et de la pensée. Elle installe aussi une certaine égalité face à l’art, représente une ouverture, une revalorisation narcissique. Les ateliers constituent de plus des espaces de liberté en dehors du cadre institutionnel, dans lesquels les patients peuvent se laisser aller à leur créativité, avec pour seules contraintes des consignes thérapeutiques et artistiques ».

Les séances, qui bénéficient d’un financement de la direction régionale des affaires culturelles (Drac), ont lieu en dehors des unités de soin et contribuent aussi à des effets de stabilisation. À travers les relations qui se nouent via cette pratique, entre patients comme entre soignants et patients, ces derniers réapprennent à être ensemble : « L’art permet de dépasser la problématique de leur pathologie. Ils peuvent parler d’autre chose. »

Du côté des étudiants volontaires, l’expérience est également très positive. Ces stages, intégrés dans leur cursus, comportent aussi des séminaires théoriques sur l’inconscient, la névrose, la psychose… « Ces jeunes gens font entrer ici un vent d’air du temps, d’actualité. Ils apportent avec eux les concepts du moment, parlent un langage auquel les patients sont très sensibles, qu’ils s’approprient. »

Moins d’une dizaine de services de psychiatrie en France proposent à leurs patients cette fenêtre sur la pratique artistique chère à Rachel Bocher : « La maladie, c’est mortifère. L’art, c’est aussi la vie. Je fais mienne cette citation d’André Malraux : « Il faut introduire les moyens de l’art dans la vie, non pour en faire davantage de l’art, mais pour en faire davantage la vie » ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.