Encourager l’emploi des personnes souffrant de maladie psychiatrique

Une personne présentant un trouble mental risque de se retrouver au chômage deux à trois fois plus souvent qu'une autre, selon l'OCDE. Cette exclusion du monde du travail représente une perte majeure pour l’économie, pour les personnes concernées et leurs familles. Au-delà des questions financières, l'insertion ou la réinsertion professionnelle des usagers de la psychiatrie est porteuse d'amélioration tant clinique que sociale.

Une personne présentant un trouble mental risque de se retrouver au chômage deux à trois fois plus souvent qu’une autre, selon l’OCDE. Cette exclusion du monde du travail représente une perte majeure pour l’économie, pour les personnes concernées et leurs familles. Au-delà des questions financières, l’insertion ou la réinsertion professionnelle des usagers de la psychiatrie est porteuse d’amélioration tant clinique que sociale. Pour proposer des solutions pérennes aux patients, une articulation entre le secteur sanitaire (réhabilitation psychosociale, remédiation cognitive) et le secteur médico-social (soutien et accompagnement à la réinsertion professionnelle) doit être déployée. Tel est le propos du CHU de Tours qui va mettre à l’honneur plusieurs initiatives originales à l’occasion de la 1ère journée "insertion professionnelle et psychiatrie" qui se tiendra le 16 janvier 2015.
Programme de la 1ère journée insertion professionnelle et psychiatrie du 16 janvier 2015 qui se tiendra au grand amphithéâtre de la faculté de médecine de Tours
 
A l’issue de cette journée qui réunira à la fois les équipes de soins du pôle de psychiatrie, des usagers et des acteurs du monde associatif, une nouvelle dynamique d’insertion professionnelle devrait être lancée avec les acteurs locaux.
Focus sur le restaurant de l’association A.I.R., exemple de chantier d’insertion professionnelle des personnes en situation de maladie mentale
Le restaurant géré par l’association (AIR) dépend du ministère du travail. Il offre une activité professionnelle aux malades psychiques dont la pathologie est stabilisée. Les salariés en insertion ont un contrat de travail à durée déterminée de droit commun et à temps partiel. Des encadrants techniques professionnels les accompagnent ainsi qu’un conseiller d’insertion professionnel et des bénévoles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.