Endocardite infectieuse : un nouveau protocole réduit la mortalité

Une équipe multidisciplinaire de la Timone a élaboré une prise en charge standardisée de l'endocardite infectieuse. Les résultats sont spectaculaires : la mortalité observée pendant la période d'hospitalisation est passée de 12,7 % à 4,4 % et la mortalité à un an de 18,5 % à 8,2 %. D'origine bactérienne, cette maladie grave peut atteindre les tissus valvulaires cardiaques ou les dispositifs médicaux implantés tels que les prothèses valvulaires, les stimulateurs ou les défibrillateurs. L'endocardite infectieuse touche chaque année en France près de 2 000 personnes ; elle sera la cause du décès d'un quart de ces malades.

Une équipe multidisciplinaire de la Timone a élaboré une prise en charge standardisée de l’endocardite infectieuse. Les résultats sont spectaculaires : la mortalité observée pendant la période d’hospitalisation est passée de 12,7 % à 4,4 % et la mortalité à un an de 18,5 % à 8,2 %.
D’origine bactérienne, cette maladie grave peut atteindre les tissus valvulaires cardiaques ou les dispositifs médicaux implantés tels que les prothèses valvulaires, les stimulateurs ou les défibrillateurs. L’endocardite infectieuse touche chaque année en France près de 2 000 personnes ; elle sera la cause du décès d’un quart de ces malades.

Depuis de nombreuses années, les médecins n’arrivaient pas à diminuer la mortalité de cette maladie malgré les progrès thérapeutiques accomplis. A la Timone, une équipe médicale multidisciplinaire formée de cardiologues, de spécialistes en maladies infectieuses et de chirurgiens cardiaques a décidé d’établir un protocole consensuel de prise en charge du traitement des endocardites infectieuses.

Les résultats obtenus sont édifiants : la mortalité observée pendant la période d’hospitalisation est passée de 12,7 % à 4,4 % et la mortalité à un an de 18,5 % à 8,2 %. L’utilisation de ce protocole a permis non seulement de faire baisser la mortalité liée à des complications telles que les embolies cérébrales mais également d’obtenir une meilleure compliance vis-à-vis du traitement antibiotique.

Contacts
Dr Franck Thuny, Pr Gilbert Habib (cardiologie) ; Pr Frédéric Collart (chirurgie cardiaque) ; Pr Didier Raoult (maladies infectieuses)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.