Endocardite infectieuse : un nouveau protocole réduit la mortalité

Une équipe multidisciplinaire de la Timone a élaboré une prise en charge standardisée de l'endocardite infectieuse. Les résultats sont spectaculaires : la mortalité observée pendant la période d'hospitalisation est passée de 12,7 % à 4,4 % et la mortalité à un an de 18,5 % à 8,2 %. D'origine bactérienne, cette maladie grave peut atteindre les tissus valvulaires cardiaques ou les dispositifs médicaux implantés tels que les prothèses valvulaires, les stimulateurs ou les défibrillateurs. L'endocardite infectieuse touche chaque année en France près de 2 000 personnes ; elle sera la cause du décès d'un quart de ces malades.

Une équipe multidisciplinaire de la Timone a élaboré une prise en charge standardisée de l’endocardite infectieuse. Les résultats sont spectaculaires : la mortalité observée pendant la période d’hospitalisation est passée de 12,7 % à 4,4 % et la mortalité à un an de 18,5 % à 8,2 %.
D’origine bactérienne, cette maladie grave peut atteindre les tissus valvulaires cardiaques ou les dispositifs médicaux implantés tels que les prothèses valvulaires, les stimulateurs ou les défibrillateurs. L’endocardite infectieuse touche chaque année en France près de 2 000 personnes ; elle sera la cause du décès d’un quart de ces malades.

Depuis de nombreuses années, les médecins n’arrivaient pas à diminuer la mortalité de cette maladie malgré les progrès thérapeutiques accomplis. A la Timone, une équipe médicale multidisciplinaire formée de cardiologues, de spécialistes en maladies infectieuses et de chirurgiens cardiaques a décidé d’établir un protocole consensuel de prise en charge du traitement des endocardites infectieuses.

Les résultats obtenus sont édifiants : la mortalité observée pendant la période d’hospitalisation est passée de 12,7 % à 4,4 % et la mortalité à un an de 18,5 % à 8,2 %. L’utilisation de ce protocole a permis non seulement de faire baisser la mortalité liée à des complications telles que les embolies cérébrales mais également d’obtenir une meilleure compliance vis-à-vis du traitement antibiotique.

Contacts
Dr Franck Thuny, Pr Gilbert Habib (cardiologie) ; Pr Frédéric Collart (chirurgie cardiaque) ; Pr Didier Raoult (maladies infectieuses)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.