Endocardites infectieuses : les succès de la « Heart team » nantaise

La "Heart team" ou "équipe du cœur" du CHU de Nantes réussit l'exploit d'abaisser de 8% le taux de mortalité des patients souffrant d'endocardite infectieuse. Son secret : allier expertise et coordination de spécialistes. Depuis deux ans, chaque cas d’endocardite infectieuse fait l’objet d’une concertation et d’une prise en charge pluridisciplinaires qui ont permis d’améliorer notablement la prise en charge et le suivi de cette maladie grave. Explications...

La "Heart team" ou "équipe du cœur" du CHU de Nantes réussit l’exploit d’abaisser de 8% le taux de mortalité des patients souffrant d’endocardite infectieuse. Son secret : allier expertise et coordination de spécialistes. Depuis deux ans, chaque cas d’endocardite infectieuse fait l’objet d’une concertation et d’une prise en charge pluridisciplinaires qui ont permis d’améliorer notablement la prise en charge et le suivi de cette maladie grave. Explications…

"La collaboration entre nos différents services est effective depuis plusieurs années mais n’était pas encore formalisée", explique le Pr Thierry Le Tourneau. Fondée en janvier 2014, la « Heart team » du CHU de Nantes affiche d’excellents résultats puisque la mortalité des 240 patients concernés depuis lors est passée de 15 % à 20 % à 12 %, ce qui est faible au regard des valeurs internationales : « Et encore ces chiffres doivent-ils être relativisés en tenant compte du fait que nous n’accueillons que des malades en phase aiguë, souvent transférés depuis d’autres hôpitaux, pour des pathologies sévères, des endocardites (inflammation des valves cardiaques) infectieuses compliquées, nécessitant beaucoup de transferts d’un service à l’autre. Elles exigent en effet l’intervention de nombreux spécialistes : cardiologues, chirurgiens cardiaques, infectiologues, microbiologistes, médecins nucléaires, anesthésistes réanimateurs, neuroradiologues, pédiatres, gériatres, médecins de soins intensifs cardiologiques… » 

Un staff hebdomadaire pour tous les cas 

Constitués en "Heart team", nous pouvons étudier chaque cas à la lumière de nos différentes expertises, chacun apportant sa contribution, ajoute le Pr David Boutoille, infectiologue. Nous assurons ainsi à chaque patient les mêmes conditions de prise en charge, quel que soit le service dans lequel il est hospitalisé initialement. Chaque semaine, un staff réunit de sept à 25 spécialistes, soit au moins un ou deux représentants des différents domaines concernés. Nous passons en revue tous les dossiers présentés et définissons ensemble le parcours de soins et le choix de l’indication thérapeutique, qui font l’objet d’un rapport écrit.  » 

La Heart team capitalise l’expertise acquise avec chaque patient
Chaque cas est enregistré dans un registre et alimente la recherche. La Heart team nantaise participe notamment à l’étude TEPvENDO sur l’intérêt du TEP-TDM dans la prise en charge des endocardites infectieuses.

Une centaine de cas chaque année
Le CHU de Nantes soigne chaque année une centaine de patients souffrant d’endocardite. Cette pathologie touche majoritairement les plus de 60 à 70 ans, mais aussi des patients souffrant de malformations cardiaques ou en état d’immunodépression. Pour 30 % à 40 % des malades, un remplacement valvulaire est réalisé et quatre à six semaines d’antibiothérapie sont prescrites. L’hospitalisation dure de quatre à six semaines en moyenne.

La Heart team organise une réunion annuelle de formation médicale ouverte à tous les professionnels intéressés. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.