Endométriose, 150 patientes opérées chaque année au CHU Grenoble Alpes

Maladie « invisible » qui touche une femme sur dix en France, l’endométriose reste encore méconnue. A l’occasion de la Semaine européenne d’information et de prévention sur l’endométriose, les professionnels du CHU Grenoble Alpes se sont mobilisés, au côté de l’association Endorance pour informer le grand public et apporter des réponses aux femmes qui souffrent d’endométriose.
Maladie « invisible » qui touche une femme sur dix en France, l’endométriose reste encore méconnue. A l’occasion de la Semaine européenne d’information et de prévention sur l’endométriose, les professionnels du CHU Grenoble Alpes se sont mobilisés, au côté de l’association Endorance pour informer le grand public et apporter des réponses aux femmes qui souffrent d’endométriose.
« J’étais en train de mourir à petit feu. Cette opération m’a sauvé la vie ! » Le témoignage de Valentine*, 45 ans, est aussi fort que symbolique. Comme beaucoup de femmes atteintes d’endométriose, Valentine a connu une longue période d’errance médicale. « Dès l’apparition de mes premières règles à l’âge de 11 ans, j’ai souffert de douleurs importantes. Dans mon entourage, on me disait que c’était normal. Que je n’avais pas à m’inquiéter… » A l’âge de 28 ans, le diagnostic tombe. « Je ne connaissais pas cette maladie. Lorsque j’en parlais autour de moi, à mes proches mais aussi à des médecins, j’étais assez mal à l’aise car personne ne semblait vraiment me comprendre ».
Les quinze années suivantes sont éprouvantes pour la jeune femme. Opérée à plusieurs reprises, elle demeure dans l’impasse voyant son désir d’enfant s’éloigner de plus en plus. Courageuse et battante, elle se documente beaucoup, prend contact avec des associations comme EndoFrance et finit par rencontrer le Docteur Thierry Michy, chirurgien, chef du service de gynécologie à l’Hôpital Couple Enfant du CHU Grenoble Alpes. « Il m’a opéré en 2018. Je suis resté 7 heures au bloc. Et grâce à lui, je suis aujourd’hui enceinte de jumeaux » confie Valentine. 

Poser rapidement le bon diagnostic

« L’endométriose se manifeste durant les règles lorsque le sang reflue par les trompes dans la cavité abdominale au lieu d’être extériorisé, créant ainsi des lésions endométriosiques déclenchant des inflammations à l’intérieur du ventre. Ces inflammations provoquent des douleurs importantes pendant les règles mais aussi durant les rapports sexuels, les passages à la selle voire des troubles digestifs. Cette  maladie est aussi à l’origine de problème de fertilité. D’où l’importance de poser rapidement le bon diagnostic pour toutes ces femmes en errance dont la maladie engendre un impact socio-professionnel important avec des arrêts maladies de deux jours par mois pour certaines d’entre elles » témoigne le Docteur Thierry Michy. 
La prise en charge de l’endométriose est  pluridisciplinaire et personnalisée : chirurgien gynécologue gynécologue spécialiste de l’infertilité (PMA), radiologue, autres chirurgiens d’organe: urologue, digestif, algologue psychothérapeute, et médecins de la douleur pratiquant des médecines complémentaires comme l’acupuncture ou l’hypnose.  

Soulager la douleur

« Le rôle du radiologue est primordial dans cette pathologie. Il est double, non seulement il permet de diagnostiquer la maladie et donc de réduire le retard diagnostique (important, estimé en moyenne à 7 ans) mais aussi pronostique pour établir une cartographie exhaustive de la maladie afin d’aider nos collègues gynécologues à personnaliser leur traitement pour chaque patiente. Le bilan radiologique repose sur l’échographie en première intention puis l’IRM pelvienne, examen de second intention mais de référence. Enfin, la communication avec nos collègues gynécologues experts mais aussi avec les patientes est absolument essentielle pour améliorer notre performance diagnostique », explique le Docteur René-Charles Rouchy, médecin radiologue spécialisé en imagerie de la femme, au CHU Grenoble Alpes.

Des traitements médicamenteux (oestroprogestatifs, implant à l’etonogestrel, progestatifs en continu notamment) permettent de stabiliser l’évolution des lésions endométriosiques et de soulager les douleurs. Dans certains cas, un traitement chirurgical est nécessaire. La prise en charge chirurgical fait le plus souvent appel à des nouvelles technologies (dont le PlasmaJet® utilisé au CHUGA) améliorant l’efficacité du traitement. En supprimant les lésions endométriosiques, la coelioscopie (ou laparoscopie) permet de soulager les douleurs et de favoriser les grossesses spontanées. Au CHU Grenoble Alpes, 150 femmes sont opérées chaque année.  
*prénom d’emprunt

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.