Endométriose : nouveau traitement par ultrasons, 1ère mondiale lyonnaise

Pour soigner les patientes souffrant l’endométriose avec atteinte digestive, Gil Dubernard, gynécologue à l’Hôpital de la Croix Rousse, a eu l’idée de détourner l’appareil Focal One® de son indication première : le traitement du cancer de la prostate. « Les ultrasons focalisés de l’appareil sont diffusés par voie endorectale sur les lésions endométriosiques. Le traitement ne dure que quelques minutes et remplace l’intervention chirurgicale de plusieurs heures. L’objectif est de dévitaliser la lésion endométriosique » explique-t-il. Les patientes sont hospitalisées la veille et ressortent le lendemain au lieu des 7 à 10 jours d’hospitalisation dans le cas du traitement conventionnel.
Pour soigner les patientes souffrant l’endométriose avec atteinte digestive, Gil Dubernard, gynécologue à l’Hôpital de la Croix Rousse, a eu l’idée de détourner l’appareil Focal One® de son indication première : le traitement du cancer de la prostate. « Les ultrasons focalisés de l’appareil sont diffusés par voie endorectale sur les lésions endométriosiques. Le traitement ne dure que quelques minutes et remplace l’intervention chirurgicale de plusieurs heures. L’objectif est de dévitaliser la lésion endométriosique » explique-t-il. Les patientes sont hospitalisées la veille et ressortent le lendemain au lieu des 7 à 10 jours d’hospitalisation dans le cas du traitement conventionnel. Elles peuvent reprendre leur activité alors qu’auparavant un arrêt de travail de 1 à 3 mois leur était prescrit. Enfin, les ondes n’entraînent aucun problème pour uriner, ne causent de stomie, le risque de fistule est moindre et le traitement est sans danger pour leur fertilité. A ce jour, 4 patientes ont expérimenté avec succès le traitement par ondes HIFU. L’essai clinique se poursuit actuellement.
L’endométriose touche deux Françaises sur dix en âge d’avoir des enfants. Elle provoque d’intenses douleurs pendant les règles, voire en dehors de la période du cycle, et handicape certaines femmes jusqu’à les clouer au lit pendant une semaine. La maladie se caractérise par la présence de muqueuse utérine (endomètre) en dehors de l’utérus, et dans 1 cas sur 5, l’atteinte se situe aussi vers le rectum, ce qui engendre des diarrhées/constipation, d’impétueux besoins d’aller à la selle, des douleurs lors des rapports sexuels. 
Le traitement usuel préconisé était une chirurgie lourde et mutilante. Au cours d’une intervention de 4 à 6 heures le chirurgien coupe ou rase les lésions. Ces opérations généralement mutilantes n’étaient pas sans séquelles. La patiente pouvait rencontrer des problèmes pour uriner ou d’autres complications comme un risque important de fistule. Et dans près d’1 cas sur 2, il fallait poser un anus artificiel pour quelques mois.
Une réussite qui se développera dans toute la France
La procédure est pour le moment évaluée dans le cadre d’un protocole de recherche clinique accessible à 10 patientes. 4 ont déjà été traitées avec succès : diminution significative de la symptomatologie douloureuse sans aucun traitement médical (hormonal ou autre) depuis la procédure. Aucune complication n’a été constatée sur les 4 premières patientes avec un délai médian de 14 mois.
La société EDAP TMS, qui a développé Focal One® avec les HCL et l’INSERM, réfléchit au développement d’une sonde plus compatible avec la morphologie féminine. Cette innovation pourrait concerner 2/3 des femmes atteintes d’endométriose digestive
Plus d’information http://www.chu-lyon.fr/fr/une-nouvelle-arme-non-invasive-contre-lendometriose

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.