Enfant en danger : soigner la souffrance et entendre la plainte

Pour accueillir, soigner et auditionner les mineurs victimes de maltraitance, le CHR Metz-Thionville crée une unité d'Accueil Pédiatrique de l'Enfant en Danger (APED), la 28ème en France et la première du Grand Est. Située dans le service de pédiatrie, cette structure concilie soins médicaux et psychologiques, soutiens sociaux et éducatifs avec les contraintes d'une instruction judiciaire. Chaque année 200 mineurs recevront dans ce lieu la réponse la mieux adaptée à leur grande souffrance.

Pour accueillir, soigner et auditionner les mineurs victimes de maltraitance, le CHR Metz-Thionville crée une unité d’Accueil Pédiatrique de l’Enfant en Danger (APED), la 28ème en France et la première du Grand Est. Située dans le service de pédiatrie, cette structure concilie soins médicaux et psychologiques, soutiens sociaux et éducatifs avec les contraintes d’une instruction judiciaire. Chaque année 200 mineurs recevront dans ce lieu la réponse la mieux adaptée à leur grande souffrance.

L’unité d’Accueil Pédiatrique de l’Enfant en Danger s’inscrit dans le cadre général de la protection de l’enfance et plus spécialement dans le cadre de l’application de la loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu’à la protection des mineurs et du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance.

De l’accueil à l’audition
Suite à un signalement ou une plainte, le Parquet saisit le service de police ou de gendarmerie compétent. L’enfant est amené à l’hôpital. Une infirmière puéricultrice référente accueille l’enfant, lui présente les lieux et les intervenants. L’audition filmée est menée par un policier ou un gendarme en présence d’un pédopsychiatre ou d’un psychologue. Un examen médico-légal peut être réalisé à l’issue de l’audition.
Si l’agression est très récente, priorité est donnée aux soins d’urgence, à l’audition enregistrée, à l’examen médico-légal – celui-ci n’est pas systématique.
Une hospitalisation sera envisagée si l’état ou la situation du mineur le nécessite. L’équipe pourra aussi solliciter l’accompagnement d’un service éducatif.
Si l’agression est ancienne, les révélations seront enregistrée et un examen médico-légal effectué.

Un partenariat exemplaire
Au sein de l’unité d’Accueil Pédiatrique de l’Enfant en Danger, les professionnels : magistrats, pédiatres, gendarmes et policiers, pédopsychiatres et psychologues, médecins légistes, services sociaux et associations de protection de l’enfance et d’aide aux victimes s’engagent au service de l’enfant. Coordonnée par une infirmière puéricultrice référente, l’APED associe de nombreux partenaires :
– le CHR Metz-Thionville, le service de gynécologie (pour les examens gynécologiques et médico-légal), le service de pédiatrie (prise en charge des problèmes somatiques éventuels en particulier dans le cadre de la prévention des maladies sexuellement transmissibles).
– le Tribunal de Grande Instance de Metz, direction de l’enquête et exercice de l’action publique, protection judiciaire du mineur.
– l’association « la Voix de l’Enfant »,
– la Direction de l’Enfance, de la Famille et de l’Insertion du Conseil général de Moselle,
– le Centre Hospitalier de Jury, pour la prise en charge en pédospychiatrie,
– l’Université Paul Verlaine de Metz,
– les services de police et de gendarmerie, enquêtes judiciaires d’initiative ou sur instructions du Procureur de la République ou commission rogatoire du Jude d’instruction.
– le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de Moselle (CIDFF).

Un environnement rassurant et fonctionnel
Confort, sérénité et sécurité… Un effort particulier a été apporté à l’aménagement de la salle d’attente et de la salle d’examen situé dans le service de pédiatrie. La salle d’audition a été insonorisée et équipée avec un matériel d’enregistrement audiovisuel destiné à éviter la répétition traumatisante des faits par la victime.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.