En France, les 200 000 enfants en situation de handicap* partagent avec leurs familles une connaissance affinée des hôpitaux universitaires où ils se rendent en urgence, pour des rendez-vous en consultations spécialisées ou pour des hospitalisations programmées. De ces fréquentes incursions dans l’univers du soin, quel regard portent-ils sur les CHU ? Et côté établissements, quels sont les efforts déployés par les équipes pour les recevoir dans les meilleures conditions possibles ?

En France, les 200 000 enfants en situation de handicap* partagent avec leurs familles une connaissance affinée des hôpitaux universitaires où ils se rendent en urgence, pour des rendez-vous en consultations spécialisées ou pour des hospitalisations programmées. De ces fréquentes incursions dans l’univers du soin, quel regard portent-ils sur les CHU ? Et côté établissements, quels sont les efforts déployés par les équipes pour les recevoir dans les meilleures conditions possibles ?

Avec le soutien de la Conférence des Directeurs Généraux, le magazine Déclic** a mené une enquête exclusive auprès de 14 CHU sur les conditions d’accueil aux urgences, sur les initiatives qui simplifient ou adoucissent les soins et améliorent la transmission de leurs dossiers. Dans ces trois domaines des avancées incontestables ont été accomplies grâce à l’implication des équipes reconnaissent les auteurs Fabien Richert et Sarah Dubois mais ces progrès demandent à être généralisés qu’il s’agisse par exemple de communication non-verbale, de mieux prendre en compte la douleur, de faciliter la présence de la fratrie…

Bernard Dupont membre de la conférence des directeurs généraux de CHU et directeur général du CHRU de Brest reconnaît que « la diffusion des bonnes pratiques tient à la prise de conscience des soignants et que la démarche engagée avec Déclic y participe. Elle peut être aussi stimulée par les familles qui ne doivent pas hésiter à contacter la direction des usagers de leur CHU pour les promouvoir et en cas de difficulté, à saisir les représentants des usagers. C’est ainsi que les organisations évoluent. Il faut dire aussi que la terrible loi du nombre joue contre les enfants handicapés qui ne sont qu’une toute petite partie des patients pris en charge par les CHU. »
Découvrir les premières pages du dossier et l’interview de Bernard Dupont

Plus d’infos sur www.magazine-declic.com

*Les données précises manquent. Selon les chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), 200 000 enfants bénéficient de l’AEEH (allocation d’éducation de l’enfant handicapé) – source Drees  n°829 – janvier 2013, "200 000 enfants « repérés » en situation de handicap".
** Déclic, depuis 20 ans le magazine de la famille et du handicap

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.