Enfants hospitalisés : atelier jeux vidéo au CHRU de Montpellier

Une cure de divertissements high tech encadrée par des professionnels formés est désormais proposée en complément des soins au CHRU de Montpellier. Pour distraire les jeunes patients fans de « gaming » durant leur séjour hospitalier, l’établissement vient de se doter de consoles dernier cri et de jeux vidéo. Accueillis par une équipe socio-éducative initiée aux derniers développements des jeux coopératifs, les enfants pourront accéder à une large palette de titres

Une cure de divertissements high tech encadrée par des professionnels formés est désormais proposée en complément des soins au CHRU de Montpellier. Pour distraire les jeunes patients fans de « gaming » durant leur séjour hospitalier, l’établissement vient de se doter de consoles dernier cri et de jeux vidéo.  Accueillis par une équipe socio-éducative initiée aux derniers développements des jeux coopératifs,  les enfants pourront accéder à une large palette de titres avec un focus particulier pour les adolescents qui apprécieront les jeux vidéo à visée sociale et pour les plus jeunes avec des applications à dimension éducative.  Ce projet a reçu le soutien de JOA JOIE qui œuvre aux côtés des enfants malades.
Les animateurs du CHRU de Montpellier reconnaissent les vertus thérapeutiques des jeux vidéo pratiqués avec un encadrement adapté
– Ils font diversion

Les jeux vidéo peuvent offrir l’opportunité à l’adolescent de ne plus penser à ses problèmes, sa maladie, son hospitalisation, de les mettre entre parenthèses le temps du jeu. Les jeux vidéo, plus que toute autre distraction, permettent de capter l’esprit.
                 
– Ils permettent de se projeter
Les jeux vidéo dits de simulation permettent au jeune de se projeter dans l’avenir, de vivre virtuellement des situations empêchées par l’hospitalisation.
– Ils rendent l’enfant acteur
L’adolescent à l’hôpital est un objet de soin, régulièrement exposé aux regards d’adultes multiples et changeants, soumis à la décision du médecin de prescrire tel examen, soumis à la nécessité de tel soin invasif, soumis à l’attente du départ pour un examen, etc. Ces activités permettent donc de donner à l’adolescent, une véritable place d’acteur et de sujet dans des espaces et des temps distincts et protégés du monde médical.
Dans les jeux vidéo, l’adolescent peut aussi vivre des situations "extraordinaires" qu’il contrôle et maîtrise. En effet, il est acteur de son jeu du début à la fin et développe ainsi des capacités d’adaptation, de créativité, etc. A l’adolescence, les jeux vidéo fondés sur la prise de risque virtuelle rencontrent également un franc succès. L’adolescent a l’impression de repousser ses limites toujours plus loin.
–  Ils renforcent l’estime de soi
A l’adolescence, les jeux vidéo aident à construire une identité. Ceux dans lesquels l’adolescent se crée un personnage s’avèrent particulièrement enrichissants. Pour bâtir de toutes pièces son avatar, il va devoir choisir le sexe, l’apparence, les qualités, les compétences et peut être aussi des cotés plus sombres. Une excellente occasion de se pencher sur les différentes facettes de son identité.
Pour financer ce projet, l’association JOA JOIE a reçu 5 000 € de l’ADPS Languedoc Roussillon (Association De Prévoyance Santé, filiale du groupe Allianz)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.