Enfants hospitalisés : atelier jeux vidéo au CHRU de Montpellier

Une cure de divertissements high tech encadrée par des professionnels formés est désormais proposée en complément des soins au CHRU de Montpellier. Pour distraire les jeunes patients fans de « gaming » durant leur séjour hospitalier, l’établissement vient de se doter de consoles dernier cri et de jeux vidéo. Accueillis par une équipe socio-éducative initiée aux derniers développements des jeux coopératifs, les enfants pourront accéder à une large palette de titres

Une cure de divertissements high tech encadrée par des professionnels formés est désormais proposée en complément des soins au CHRU de Montpellier. Pour distraire les jeunes patients fans de « gaming » durant leur séjour hospitalier, l’établissement vient de se doter de consoles dernier cri et de jeux vidéo.  Accueillis par une équipe socio-éducative initiée aux derniers développements des jeux coopératifs,  les enfants pourront accéder à une large palette de titres avec un focus particulier pour les adolescents qui apprécieront les jeux vidéo à visée sociale et pour les plus jeunes avec des applications à dimension éducative.  Ce projet a reçu le soutien de JOA JOIE qui œuvre aux côtés des enfants malades.
Les animateurs du CHRU de Montpellier reconnaissent les vertus thérapeutiques des jeux vidéo pratiqués avec un encadrement adapté
– Ils font diversion

Les jeux vidéo peuvent offrir l’opportunité à l’adolescent de ne plus penser à ses problèmes, sa maladie, son hospitalisation, de les mettre entre parenthèses le temps du jeu. Les jeux vidéo, plus que toute autre distraction, permettent de capter l’esprit.
                 
– Ils permettent de se projeter
Les jeux vidéo dits de simulation permettent au jeune de se projeter dans l’avenir, de vivre virtuellement des situations empêchées par l’hospitalisation.
– Ils rendent l’enfant acteur
L’adolescent à l’hôpital est un objet de soin, régulièrement exposé aux regards d’adultes multiples et changeants, soumis à la décision du médecin de prescrire tel examen, soumis à la nécessité de tel soin invasif, soumis à l’attente du départ pour un examen, etc. Ces activités permettent donc de donner à l’adolescent, une véritable place d’acteur et de sujet dans des espaces et des temps distincts et protégés du monde médical.
Dans les jeux vidéo, l’adolescent peut aussi vivre des situations "extraordinaires" qu’il contrôle et maîtrise. En effet, il est acteur de son jeu du début à la fin et développe ainsi des capacités d’adaptation, de créativité, etc. A l’adolescence, les jeux vidéo fondés sur la prise de risque virtuelle rencontrent également un franc succès. L’adolescent a l’impression de repousser ses limites toujours plus loin.
–  Ils renforcent l’estime de soi
A l’adolescence, les jeux vidéo aident à construire une identité. Ceux dans lesquels l’adolescent se crée un personnage s’avèrent particulièrement enrichissants. Pour bâtir de toutes pièces son avatar, il va devoir choisir le sexe, l’apparence, les qualités, les compétences et peut être aussi des cotés plus sombres. Une excellente occasion de se pencher sur les différentes facettes de son identité.
Pour financer ce projet, l’association JOA JOIE a reçu 5 000 € de l’ADPS Languedoc Roussillon (Association De Prévoyance Santé, filiale du groupe Allianz)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.