Enjeux et perspectives des nouveaux radiotraceurs

Réuni à Tours, le 14 décembre 2010, le « Groupement d'Intérêt Scientifique » radiopharmaceutique Tours - Caen - Toulouse - Clermont confirme l'intérêt des radiotraceurs dans le diagnostic précoce de nombreuses pathologies. Injectés dans l'organisme, les nouveaux radiopharmaceutiques à vie courte permettent de visualiser les zones affectées par un cancer (lymphomes, tumeurs cérébrales, cancers gynécologiques), une pathologie rhumatismale, cutanée, ou encore par une maladie neurologique ou psychiatrique (maladies d'Alzheimer et syndromes apparentés). Les radiopharmaceutiques ou radiotraceurs sont visibles grâce au TEP (Tomographie par émission de Positons)

Réuni à Tours, le 14 décembre 2010, le « Groupement d’Intérêt Scientifique » radiopharmaceutique Tours – Caen – Toulouse – Clermont confirme l’intérêt des radiotraceurs dans le diagnostic précoce de nombreuses pathologies. Injectés dans l’organisme, les nouveaux radiopharmaceutiques à vie courte permettent de visualiser les zones affectées par un cancer (lymphomes, tumeurs cérébrales, cancers gynécologiques), une pathologie rhumatismale, cutanée, ou encore par une maladie neurologique ou psychiatrique (maladies d’Alzheimer et syndromes apparentés). Les radiopharmaceutiques ou radiotraceurs sont visibles grâce au TEP (Tomographie par émission de Positons)

Vers un diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer
A l’origine d’un déclin progressif des facultés cognitives et de symptômes affectifs ou comportementaux parfois invalidants, la maladie d’Alzheimer provoque des lésions cérébrales caractéristiques, connues depuis la première description d’Alois Alzheimer. Il s’agit de plaques amyloïdes, dépôts d’une protéine anormale et d’une dégénérescence neurofibrillaire qu’accompagne une mort des neurones. Ces lésions apparaissent avant les premiers signes de la maladie et s’étendent avec son aggravation clinique. Plusieurs essais menés par le GIS et soutenus par le plan Alzheimer 2008 ? 2012 développent des radiopharmaceutiques qui amélioreront la détection de lésions cérébrales en imagerie TEP et donc le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer. Plus de 100 patients atteints de cette maladie ont déjà bénéficié de cet examen grâce au partenariat Public/Privé du GIS.

Fondé en 2008 le Groupement d’Intérêt Scientifique radiopharmaceutique a pour but de promouvoir le développement et la mise au point de nouveaux radiopharmaceutiques ainsi que leur utilisation en clinique. Pour y parvenir, le GIS associe depuis 2009, des équipes académiques en recherche clinique dans le domaine, à Toulouse, Tours, Caen et Clermont-Ferrand ainsi qu’un partenaire industriel (Cyclopharma).

Radiopharmaceutiques
Utilisés en médecine nucléaire, principalement pour des actes diagnostiques (explorations scintigraphiques ou tomoscintigraphiques) les radiopharmaceutiques contiennent des éléments radioactifs incorporés à des fins médicales.

Contact Presse
Jean-Bernard Deloye – Laboratoires Cyclopharma Biopole Clermont-Limagne 63360 Saint-Beauzire
Tel : 04 73 63 27 00 -­ Email : href= »mailto:cyclopharma@cyclopharma.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.