Entre stimulation et apaisement : le chariot Snoezelen pour l’éveil des sens en soins palliatifs

Les stimulations sensorielles créent une expérience de plaisir et d’apaisement, faisant oublier les sensations douloureuses, au moins momentanément. Pas de visée thérapeutique dans cette approche, ni d’objectif quantifié mais un temps valorisé auprès du patient dans une démarche réflexive. Le patient est encouragé à s’impliquer dans le soin et en retour, le soignant déploie une relation apaisante avec la personne souffrant de maladie grave évolutive et terminale.

Les stimulations sensorielles créent une expérience de plaisir et d’apaisement, faisant oublier les sensations douloureuses, au moins momentanément. Pas de visée thérapeutique dans cette approche, ni d’objectif quantifié mais un temps valorisé auprès du patient dans une démarche réflexive. Au CHU de Saint-Etienne, le patient est encouragé à s’impliquer dans le soin et en retour, le soignant déploie une relation apaisante avec la personne souffrant de maladie grave évolutive et terminale.
Le projet Snoezelen favorise la communication sur un mode sensoriel
La démarche est essentiellement basée sur la perception du monde extérieur par le patient à travers ses cinq sens, -vue, toucher, odorat, ouïe, goût, et son propre corps-, dans le respect de sa personnalité et de son rythme. Le patient peut participer de manière active ou simplement se laisser distraire par la poésie de l’ambiance.Le chariot se présente avec une colonne à bulles, des fibres optiques lumineuses, des jeux de lumières ou de formes en projection murale, de film en projection, un fond musical, accompagnés d’une diffusion d’huiles essentielles. Le choix des huiles essentielles et la procédure d’organisation des soins aromatiques ont été réalisés  en collaboration avec le pharmacien référent du service. De par sa mobilité, le chariot peut être transporté au chevet du patient, perçu comme un espace sécurisant par ce dernier. Cet équipement a été financé par la Ligue contre le cancer Loire.
En complément des traitements médicamenteux et dans un souci d’amélioration constante du confort et du mieux‐être des patients, l’équipe soignante a développé de longue date des approches complémentaires des soins  au travers de la présence de bénévoles, de prescriptions diététiques, de séances de relaxation, de sophrologie, de balnéothérapie, d’ostéopathie ou encore de sonothérapie…
L’approche Snoezelen aide au soulagement des symptômes d’inconfort comme la douleur, l’anxiété, la dyspnée et améliorent la qualité de vie. Elle s’inscrit dans la palette de ces soins de supports qui regroupent les approches soignantes tels que les soins autour du repas ou du chant et les techniques de toucher‐massage, de modelage mains‐pieds ou de soins aromatiques. L’équipe du service de Soins palliatifs a reçu une formation aux différentes stimulations et explorations sensorielles.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.