EOS : 2 radios numériques du corps entier en 20 secondes

Grâce à ce nouveau système d'imagerie, les enfants et adultes souffrant d’affections ostéo-articulaires rachidiennes du bassin ou des membres inférieurs (scoliose, trouble de la statique, chirurgie orthopédique) bénéficent d’une plus grande précision dans le diagnostic, les planifications pré-opératoires et la surveillance de leurs pathologies.

Grâce à ce nouveau système d’imagerie, les enfants et adultes souffrant d’affections ostéo-articulaires rachidiennes du bassin ou des membres inférieurs (scoliose, trouble de la statique, chirurgie orthopédique) bénéficent d’une plus grande précision dans le diagnostic, les planifications pré-opératoires et la surveillance de leurs pathologies.
EOS, un  système d’imagerie  ostéo-articulaire 2D/3D ultra basse dose
Le système EOS réalise, en une fois et en 20 secondes, des radiographies de face et de profil du corps "en charge" (en position debout), avec une réduction très importante de l’exposition aux rayons X grâce au système inventé par Georges CHARPAK , prix Nobel  de physique (1992).
Associé à la station SterEOS, un logiciel intégré permet une modélisation 3D surfacique du squelette et le calcul automatisé de nombreux paramètres cliniques dans l’espace. Ces informations fonctionnelles 3D qu’il est le seul à pouvoir fournir améliorent la précision des diagnostics et suivis. A Montpellier EOS est utilisé au quotidien pour les patients atteints de pathologies ostéo-articulaires du rachis et des membres inférieurs de l’enfant et de l’adulte (scoliose, trouble de la statique, chirurgie orthopédique). Le système est  aussi utilisé pour un screening global d’autres maladies comme le myélome,  l’insuffisance rénale…
Les avantages d’EOS font l’unanimité : acquisition rapide et simultanée des données de face et de profil, de l’ensemble du corps et en position fonctionnelle (debout), qualité d’image équivalente voire supérieure à la radiographie par projection 2D (traditionnelle), très faible dose d’irradiation (10 fois moins que l’imagerie conventionnelle).
Depuis mi-mars EOS complète le plateau technique du département d’Imagerie Médicale de Lapeyronie. Seule une quarantaine d’établissements dans le monde sont équipés de ce système très novateur.
Financement intégralement assuré par le CHRU
Investissement biomédical (acquisition de l’appareil) : 535 000 € TTC  
Travaux : 100 000 € toutes dépenses confondues soit un total de 635 000 €

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

AVC : COURSE CONTRE LA MONTRE AU CHU DE MONTPELLIER

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.

Dossier : la maladie de Lyme

Dans ce dossier, nous abordons la piqure de tique et la transmission de la bactérie Borrelia, à l’origine de la très médiatisée maladie de Lyme. L’occasion, sur la base de travaux et d’études scientifiques, de démêler le vrai du faux à l’heure où les controverses et fausses informations pullulent sur internet.