EOS : 2 radios numériques du corps entier en 20 secondes

Grâce à ce nouveau système d'imagerie, les enfants et adultes souffrant d’affections ostéo-articulaires rachidiennes du bassin ou des membres inférieurs (scoliose, trouble de la statique, chirurgie orthopédique) bénéficent d’une plus grande précision dans le diagnostic, les planifications pré-opératoires et la surveillance de leurs pathologies.

Grâce à ce nouveau système d’imagerie, les enfants et adultes souffrant d’affections ostéo-articulaires rachidiennes du bassin ou des membres inférieurs (scoliose, trouble de la statique, chirurgie orthopédique) bénéficent d’une plus grande précision dans le diagnostic, les planifications pré-opératoires et la surveillance de leurs pathologies.
EOS, un  système d’imagerie  ostéo-articulaire 2D/3D ultra basse dose
Le système EOS réalise, en une fois et en 20 secondes, des radiographies de face et de profil du corps "en charge" (en position debout), avec une réduction très importante de l’exposition aux rayons X grâce au système inventé par Georges CHARPAK , prix Nobel  de physique (1992).
Associé à la station SterEOS, un logiciel intégré permet une modélisation 3D surfacique du squelette et le calcul automatisé de nombreux paramètres cliniques dans l’espace. Ces informations fonctionnelles 3D qu’il est le seul à pouvoir fournir améliorent la précision des diagnostics et suivis. A Montpellier EOS est utilisé au quotidien pour les patients atteints de pathologies ostéo-articulaires du rachis et des membres inférieurs de l’enfant et de l’adulte (scoliose, trouble de la statique, chirurgie orthopédique). Le système est  aussi utilisé pour un screening global d’autres maladies comme le myélome,  l’insuffisance rénale…
Les avantages d’EOS font l’unanimité : acquisition rapide et simultanée des données de face et de profil, de l’ensemble du corps et en position fonctionnelle (debout), qualité d’image équivalente voire supérieure à la radiographie par projection 2D (traditionnelle), très faible dose d’irradiation (10 fois moins que l’imagerie conventionnelle).
Depuis mi-mars EOS complète le plateau technique du département d’Imagerie Médicale de Lapeyronie. Seule une quarantaine d’établissements dans le monde sont équipés de ce système très novateur.
Financement intégralement assuré par le CHRU
Investissement biomédical (acquisition de l’appareil) : 535 000 € TTC  
Travaux : 100 000 € toutes dépenses confondues soit un total de 635 000 €

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.