Epilepsie : alliance originale entre l’AP-HM et l’association ARI

Faire vivre l'injonction « le patient au coeur du système de santé » c'est imaginer une approche globale qui tienne compte du projet de vie des personnes. La création du Centre d'investigation neurologique adulte et pédiatrique pour les soins en épileptologie (CINAPSE) est un bon exemple de la volonté des équipes hospitalo-universitaires de ne pas se limiter au seul traitement en phase aigue de la maladie et de s'investir aussi en faveur de l'intégration du patient. Par ce partenariat, elles créent les passerelles indispensables pour améliorer l'existence du malade au quotidien et favoriser son épanouissement familial, social et professionnel. Fruit du rapprochement entre le pôle Neurosciences Clinique, du Service de Neuropédiatrie de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et de l'Hôpital Henri Gastaut de l'Association Régionale pour l'Intégration (ARI), CINAPSE mutualise les compétences et les moyens techniques de la filière de soins.

Faire vivre l’injonction « le patient au coeur du système de santé » c’est imaginer une approche globale qui tienne compte du projet de vie des personnes. La création du Centre d’investigation neurologique adulte et pédiatrique pour les soins en épileptologie (CINAPSE) est un bon exemple de la volonté des équipes hospitalo-universitaires de ne pas se limiter au seul traitement en phase aigue de la maladie et de s’investir aussi en faveur de l’intégration du patient. Par ce partenariat, elles créent les passerelles indispensables pour améliorer l’existence du malade au quotidien et favoriser son épanouissement familial, social et professionnel. Fruit du rapprochement entre le pôle Neurosciences Clinique, du Service de Neuropédiatrie de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et de l’Hôpital Henri Gastaut de l’Association Régionale pour l’Intégration (ARI), CINAPSE mutualise les compétences et les moyens techniques de la filière de soins.

L’épilepsie touche environ 500 000 personnes en France, dont 250 000 ont moins de 20 ans. Les patients atteints d’épilepsie sont souvent confrontés à une situation complexe associant des difficultés liées à la maladie (fréquence de crises, prise médicamenteuse, effets secondaires des anti-épileptiques), et les problèmes liés à leur environnement familial et social. Face à ce constat et dans une dynamique d’amélioration de la qualité de la prise en charge des patients, l’AP-HM et l’Association Régionale pour l’Intégration ont renforcé la coopération entre leurs services dédiés à l’épileptologie en créant, en 2009, le Centre d’investigation neurologique adulte et pédiatrique pour les soins en épileptologie (Cinapse).

Ces complémentarités techniques et scientifiques faciliteront l’intégration de tous les paramètres de vie de la personne : diagnostic, orientation professionnelle, soutien psychologique et social. Les collaborations prendront notamment la forme de réunions pluridisciplinaires et de formations médicales communes.

Contacts presse
ARI
Cécile Rigard – 04 9113 00 07

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.