Epilepsie : Marseille reçoit un financement européen pour son projet GALVANI

Le projet GALVANI de lutte contre l’épilepsie par la stimulation électrique transcranienne, porté par les équipes de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, a été retenu par le Conseil Européen de la recherche (ERC). Doté d'un budget de 10 millions d'euros, cette recherche s'inscrit dans le cadre de l’appel à projets « Synergy ».

Le projet GALVANI de lutte contre l’épilepsie par la stimulation électrique transcranienne, porté par les équipes de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, a été retenu par le Conseil Européen de la recherche (ERC). Doté d’un budget de 10 millions d’euros, cette recherche s’inscrit dans le cadre de l’appel à projets « Synergy ».
Les fonds obtenus financeront un essai clinique national multicentrique visant à améliorer la technique prometteuse d’impulsion de courant électrique sur le scalpe de manière à inhiber de façon précise la genèse des crises d’épilepsie.
Le projet GALVANI est porté par le professeur Fabrice BARTOLOMEI, chef du service Épileptologie et Rythmologie Cérébrale de l’Hôpital de la Timone, Marseille, Fabrice Wendling, Directeur de recherche à  l’INSERM (Université de Rennes) et Giulio Ruffini (Neuroelectric company, Barcelone). Il tire son nom du célèbre Luigi GALVANI, physicien, professeur d’anatomie et médecin italien dont les travaux sur l’influence de l’électricité sur les corps vivants a permis d’initier la recherche sur ce thème.
« Synergy » est un programme de recherche relevant du Conseil européen de la recherche (ERC) qui soutient des recherches collaboratives en encourageant la mise en commun des savoirs, compétences et ressources au sein d’un même grand projet scientifique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.