Epilepsie : Marseille reçoit un financement européen pour son projet GALVANI

Le projet GALVANI de lutte contre l’épilepsie par la stimulation électrique transcranienne, porté par les équipes de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, a été retenu par le Conseil Européen de la recherche (ERC). Doté d'un budget de 10 millions d'euros, cette recherche s'inscrit dans le cadre de l’appel à projets « Synergy ».

Le projet GALVANI de lutte contre l’épilepsie par la stimulation électrique transcranienne, porté par les équipes de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, a été retenu par le Conseil Européen de la recherche (ERC). Doté d’un budget de 10 millions d’euros, cette recherche s’inscrit dans le cadre de l’appel à projets « Synergy ».
Les fonds obtenus financeront un essai clinique national multicentrique visant à améliorer la technique prometteuse d’impulsion de courant électrique sur le scalpe de manière à inhiber de façon précise la genèse des crises d’épilepsie.
Le projet GALVANI est porté par le professeur Fabrice BARTOLOMEI, chef du service Épileptologie et Rythmologie Cérébrale de l’Hôpital de la Timone, Marseille, Fabrice Wendling, Directeur de recherche à  l’INSERM (Université de Rennes) et Giulio Ruffini (Neuroelectric company, Barcelone). Il tire son nom du célèbre Luigi GALVANI, physicien, professeur d’anatomie et médecin italien dont les travaux sur l’influence de l’électricité sur les corps vivants a permis d’initier la recherche sur ce thème.
« Synergy » est un programme de recherche relevant du Conseil européen de la recherche (ERC) qui soutient des recherches collaboratives en encourageant la mise en commun des savoirs, compétences et ressources au sein d’un même grand projet scientifique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.