Equipement de pointe : une gamma caméra CZT en Médecine nucléaire

Dans le cadre de sa politique d’amélioration continue de la qualité, le CHRU de Besançon équipe le service de Médecine nucléaire d’une gamma caméra de toute dernière génération, spécialement dédiée à la cardiologie.

Dans le cadre de sa politique d’amélioration continue de la qualité, le CHRU de Besançon équipe le service de Médecine nucléaire d’une gamma caméra de toute dernière génération, spécialement dédiée à la cardiologie.
La scintigraphie myocardique permet, grâce à l’injection d’un radiotraceur, de visualiser la perfusion du muscle cardiaque à l’effort et au repos pour identifier les zones de souffrance myocardique, d’étudier la fonction ventriculaire gauche et droite pour la stratification du risque en rythmologie, et l’étude de la toxicité myocardique post-chimiothérapie, la prise de décision thérapeutique et le suivi des patients.

En 2010, le service de Médecine nucléaire a réalisé 1 780 scintigraphies myocardiques.

La caméra Alcyone CZT (tellurure de cadmium et zinc) est une caméra à semi-conducteurs qui se substitue à la gamma-caméra conventionnelle et dont l’utilisation est démontrée pour l’exploration scintigraphique cardiaque. Elle permet une scintigraphie plus rapide, plus confortable et moins irradiante pour un diagnostic plus sûr :
– l’examen est en effet 3 fois plus rapide et 6 à 8 fois plus sensible qu’une gamma-caméra conventionnelle. La durée d’examen est réduite à 5 minutes ; une exploration complète de la perfusion myocardique à l’effort et au repos est réalisée en moins de 2 heures.
– le positionnement et le confort des patients sont grandement améliorés.
Du fait de la meilleure sensibilité de détection, les activités de radiotraceurs injectées aux patients peuvent être diminuées.
– les performances diagnostiques sont nettement supérieures : amélioration de la qualité des images, meilleure détection des territoires pathologiques peu étendus, diminution du nombre d’examens équivoques.
La caméra Alcyone CZT offre ainsi  plus de disponibilité pour répondre à la demande des cardiologues et permet d’accueillir un nombre plus important de patients programmés  et en urgence.  Elle favorise une meilleure prise en charge clinique des pathologies cardiaques et permet de diminuer le recours à des examens invasifs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.