Erreur médicale : suspension du chirurgien et rappel des démarches engagées par l’établissement

Le lundi 14 février, un patient admis au bloc opératoire du Centre Hospitalier Félix Guillon (CHR de La Réunion) a subi l’ablation d’un rein, du mauvais côté. Dans un communiqué publié début mars, le Centre Hospitalier Régional de la Réunion explique les démarches engagées auprès du patient et de sa famille. Il annonce la suspension du chirurgien qui avait déjà fait l’objet d’une demande conjointe de prorogation de son année probatoire de la part de la direction et de la Commission médicale d’établissement. Enfin, dans un souci de sécurisation des prises en charge, l’établissement rappelle que depuis deux mois un plan d’action spécifique a été déployé au bloc opératoire.

Le lundi 14 février, un patient admis au bloc opératoire du Centre Hospitalier Félix Guillon (CHR de La Réunion) a subi l’ablation d’un rein, du mauvais côté. Dans un communiqué publié début mars, le Centre Hospitalier Régional de la Réunion explique les démarches engagées auprès du patient et de sa famille. Il annonce la suspension du chirurgien qui avait déjà fait l’objet d’une demande conjointe de prorogation de son année probatoire de la part de la direction et de la Commission médicale d’établissement. Enfin, dans un souci de sécurisation des prises en charge, l’établissement rappelle que depuis deux mois un plan d’action spécifique a été déployé au bloc opératoire.

Les mesures prises par la direction du Centre Hospitalier Régional de la Réunion
Cette erreur médicale grave signalée à la direction a conduit cette dernière, en coordination étroite avec les représentants médicaux, et après avoir déclaré celle-ci auprès des autorités de l’Agence Régionale de Santé, à prendre les décisions suivantes :

          Mise en place sans délai d’une revue de morbi-mortalité (RMM) permettant de rechercher et d’analyser les causes ayant conduit à l’erreur médicale.

          Prononcer la suspension immédiate, à titre provisoire, du médecin concerné dans l’attente des résultats de l’expertise.

Le patient et la famille ont été rencontrés dès le 22 février par le Directeur Général et le Président de la Commission Médicale d’Etablissement afin de présenter les excuses de l’établissement, de les informer plus en détail sur les circonstances, de leur proposer un accompagnement psychologique et de les aider à obtenir une indemnisation.

Contrairement à ce qui a pu être affirmé, il n’est pas établi à ce jour que le patient devra être dialysé dans la mesure où la seconde intervention ne s’est pas encore déroulée. De même, sur l’antériorité du chirurgien en cause, les affaires citées sont encore en cours d’instruction (relaxe en première instance) et les analyses internes n’ont pas établi d’erreur médicale. Toutefois, alertée par ces différents évènements, la Direction et la Commission Médicale d’Etablissement avaient souhaité d’un commun accord proroger l’année probatoire du praticien, mais le Centre National de Gestion a titularisé celui-ci sans tenir compte de ces avis.

Dans la mesure où l’analyse des causes souligne essentiellement une erreur médicale individuelle, la décision de suspension du chirurgien a été établie à titre définitif et le Centre National de Gestion a été saisi, avec l’accord du praticien, pour solliciter une position de recherche d’affectation.

Enfin, dans un souci d’améliorer de manière constante ses prestations, l’établissement a mis en place depuis maintenant deux mois un plan d’action spécifique au bloc opératoire dans lequel l’ensemble des personnels s’investit, et la visite la semaine dernière de la société d’assurance du CHR, la Société Hospitalière d’Assurance Hospitalière (SHAM), a salué l’organisation actuelle et les efforts réalisés en matière de sécurisation de la prise en charge.

Contact presse

Mr Santos Luis
Directeur de la qualité , de la gestion des risques
et de la communication
Centre Hospitalier Régional de la REUNION
GSM 0692 66 77 32
e-mail href= »mailto:luis.santos@chr-reunion.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

AVC : COURSE CONTRE LA MONTRE AU CHU DE MONTPELLIER

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.

Dossier : la maladie de Lyme

Dans ce dossier, nous abordons la piqure de tique et la transmission de la bactérie Borrelia, à l’origine de la très médiatisée maladie de Lyme. L’occasion, sur la base de travaux et d’études scientifiques, de démêler le vrai du faux à l’heure où les controverses et fausses informations pullulent sur internet.