Espace Rencontre Information : un an au service des malades du cancer

Humaniser la prise en charge du cancer par la création d'un lieu d'échange, d'écoute et d'informations destiné aux malades et à leur famille. Telle est la vocation de l'Espace Rencontre Information (ERI). Ouvert à toute personne traitée ou non au CHRU, l'ERI souffle sa première bougie et dresse un premier bilan du soutien apporté aux patients, véritable complément du soin.

Humaniser la prise en charge du cancer par la création d’un lieu d’échange, d’écoute et d’informations destiné aux malades et à leur famille. Telle est la vocation de l’Espace Rencontre Information (ERI). Ouvert à toute personne traitée ou non au CHRU, l’ERI souffle sa première bougie et dresse un premier bilan du soutien apporté aux patients, véritable complément du soin.

Suivant les recommandations du Plan Cancer, le CHRU de Montpellier a inauguré le 13 septembre 2007 un Espace Rencontre Information (ERI), coordonné et piloté par le Centre de Coordination de Cancérologie (3C).

Un bilan positif
Pour les patients, l’ERI représente un appui important, en plus du travail fait pendant le consultation d’annonce. Les témoignages de malades sont nombreux et toujours favorables. A l’unanimité, ils qualifient cet espace de « lieu de paix, de ressource ».
L’analyse, après quelques mois de fonctionnement, montre que le nombre moyen de patients fréquentant l’ERI varie entre 3 et 4 par demi-journée d’ouverture. Les patients viennent en majorité du pôle digestif. A 90% ce sont des femmes.
Des patients, originaires d’autres établissements (hôpital de Lunel, Clinique St Roch et Clémentville), commencent à fréquenter la structure. Ils ont eu connaissance de l’ERI grâce à l’intermédiaire du psychologue de la ligue contre le Cancer et par les associations de malades.

Les rencontres avec les patients ou proches sont longues avec un temps d’écoute très important.
Il n’y a pas une forte demande de documents sur la pathologie du Cancer. En majorité, les personnes souhaitent avoir des informations sur les traitements.
Dans les cas où une forte angoisse est observée, une orientation vers un soutien psychologique est conseillée.
De nombreux patients sont à la recherche d’associations pouvant leur apporter un soutien personnel (Les Elles, groupe de parole de la Ligue…)

Perspectives 2009
· Poursuivre un travail de communication (CHU, cliniques) afin que la structure soit intégrée et acceptée par les professionnels de santé.
· Informer en interne et en externe.
· Apparaître sur le livret d’accueil des patients de l’établissement.
· Organiser des réunions débat
– Une réunion débat est prévue au mois de mai sur le thème de l’alimentation en présence du Docteur ASSENAT (St Eloi)
– Réunion débat sur les soins esthétiques dans le milieu hospitalier
– Réunion débat sur la sophrologie et la méthode Simonton pour accompagner les malades
· Renforcer le travail en lien avec la consultation d’annonce.

Renseignements pratiques
Horaires d’ouverture :
du lundi au jeudi de 9h à 13h
mardi 14 h à 17h.
Tél : 04 67 33 02 97

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.