Essais litigieux en Inde : plaidoyer pour relocaliser la recherche clinique en Europe

Un contrôle effectué par l'Agence française du médicament (ANSM) dans les locaux de la société GVK Biosciences à Hyderabad (Inde) a mis à jour une manipulation de données lors de la conduite d’essais cliniques pour une dizaine de médicaments génériques et ce sur une période d'au moins cinq années – ces essais litigieux remettent en cause la fiabilité des travaux qui ont permis à la société indienne d’obtenir des autorisations de mise sur le marché (AMM) pour le compte des fabricants. Alertée, l’agence européenne du médicament (EMA) a recommandé le retrait

Un contrôle effectué par l’Agence française du médicament (ANSM) dans les locaux de la société GVK Biosciences à Hyderabad (Inde) a mis à jour une manipulation de données lors de la conduite d’essais cliniques pour une dizaine de médicaments génériques et ce sur une période d’au moins cinq années – ces essais litigieux remettent en cause la fiabilité des travaux qui ont permis à la société indienne d’obtenir des autorisations de mise sur le marché (AMM) pour le compte des fabricants. Alertée, l’agence européenne du médicament (EMA) a recommandé le retrait de la commercialisation de ces produits dans un communiqué mis en ligne le 23 janvier*. D’autres génériques pourraient être concernés.
De plus en plus d’essais cliniques (62 % pour la période 2005-2011) se font en dehors de l’UE (Union Européenne), même lorsqu’il s’agit de médicaments issus de la recherche européenne et destinés aux marchés européens. Pour des raisons de coûts et de rapidité de développement cette tendance va encore s’accentuer. Une situation qui compromet l’avenir de la recherche clinique indépendante et l’accès des patients européens aux meilleurs traitements en cours de développement.
L’Association Française des entreprises de la recherche clinique et épidémiologique (AFCROs) alerte sur les conséquences de cette concurrence. Elle s’interroge sur la pertinence d’une transposition des résultats, le profil des participants retenus dans les cohortes étant éloigné du profil des populations européennes en termes d’âge, de co-morbidité et d’exposition aux maladies. L’AFCRO attire aussi l’attention sur les pratiques déontologiques discutables de certaines recherches.
Pour pallier de tels dysfonctionnements l’AFCROs plaide pour un minimum de 50% de patients issus de l’Union européenne dans chaque essai clinique. Cette proposition fait par partie des 7 mesures préconisées par l’AFCROs ; « Il est logique que dans le cadre d’un enregistrement régional la majorité des patients viennent de la région considérée. » argumente Denis Comet, président de l’AFCROs qui estime que ce changement simple devrait être imposé  en France par les agences d’enregistrement et en Europe par l’EMA. Cette mesure apporterait des bénéfices réels pour les malades avec davantage de patients inclus donc davantage d’accès à des nouveaux traitements. Et pour l’Etat la relocalisation européenne de la recherche clinique serait synonyme d’activités nouvelles et de rentrées fiscales supplémentaires. 
A propos de l’AFCROs
L’AFCROs (Association Française des entreprises de la recherche clinique et épidémiologique) représente un peu plus de 5 000 experts et collaborateurs, soit 70% de l’activité de recherche clinique et épidémiologique externalisée en France. Depuis sa création il y a onze ans, l’AFCROs œuvre sans relâche pour développer la qualité et l’attractivité de la recherche clinique et épidémiologique Française. Sa mission : préserver l’emploi des collaborateurs Français, montrer et démontrer le haut degré de professionnalisme des sociétés d’études françaises et défendre les intérêts des professionnels du secteur et des patients pour une recherche éthique et responsable.
L’AFCROs est partie prenante de la 2ème Conférence européenne sur la Recherche Clinique (3-4 février à Paris)
*http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Press_release/2015/01/WC500180902.pdf

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.