Cancer du pancréas, Besançon primé pour sa recherche

Trouver un traitement adapté pour les patients âgés ou fragiles atteints d’un cancer digestif, l’adénocarcinome du pancréas ? Telle est l’ambition de la recherche conduite au CHU de Besançon. Cette étude régionale, promue par le CHU de Besançon, a reçu le prix du jury « Excellence Recherche Cancer Territoire » lors du salon Santé Expo de la Fédération hospitalière de France (FHF). La somme de 20 000€ va financer la gestion des prélèvements sanguins de la cohorte de patients. Explications…

Trouver un traitement adapté pour les patients âgés ou fragiles atteints d’un cancer digestif, l’adénocarcinome du pancréas ? Telle est l’ambition de la recherche conduite au CHU de Besançon. Cette étude régionale, promue par le CHU de Besançon, a reçu le prix du jury « Excellence Recherche Cancer Territoire » lors du salon Santé Expo de la Fédération hospitalière de France (FHF). La somme de 20 000€ va financer la gestion des prélèvements sanguins de la cohorte de patients. Explications…
Le projet récompensé
L’adénocarcinome du pancréas est l’un des cancers digestifs associés à un pronostic défavorable et à une augmentation importante de nouveaux cas. La majorité des patients sont diagnostiqués à un stade avancé et les options thérapeutiques restent limitées. Cette pathologie est plus fréquente chez les sujets âgés, sous-représentés dans les essais cliniques et fréquemment sous-traités. De récentes avancées ont permis l’avènement de nouvelles options de traitement avec notamment la polychimiothérapie par FOLFIRINOX. Mais ce traitement entraine une majoration des toxicités et est de ce fait réservé aux patients de moins de 75 ans, en bon état général et avec une fonction hépatique normale.
La constitution d’une cohorte régionale a permis d’observer que plus de 50 % des patients ne peuvent recevoir un traitement par FOLFIRINOX, justifiant la recherche d’une stratégie thérapeutique spécifique pour cette population fragile. Le projet récompensé vise le développement de stratégies thérapeutiques optimisées pour la prise en charge des patients âgés ou fragiles présentant des adénocarcinomes pancréatiques.

ALIX, un atout pour la recherche clinique en Franche-Comté

« ALIX : Evaluation de l’intérêt d’une polychimiothérapie par XELOXIRI-3 chez les patients âgés ou fragiles atteints d’un adénocarcinome pancréatique métastatique : développement d’un réseau inter-régional multidisciplinaire d’oncogériatrie ». C’est ainsi que se définit la recherche qui se déroulera en Franche-Comté, dans l’ensemble des centres prenant en charge des cancers digestifs et disposant d’équipes spécialisées en oncogériatrie.
Le prix d’une valeur de 20 000 euros finance le déploiement de l’étude ancillaire biologique sur tous les sites impliqués en Franche-Comté et notamment le rapatriement des prélèvements sanguins au sein de la plateforme de biomonitoring de Besançon qui assurera leur congélation et stockage jusqu’à la réalisation des analyses biologiques.
Ce projet est à l’origine de la crétatin d’une nouvelle filière multidisciplinaire en oncogériatrie développée au sein de l’Institut régional fédératif du cancer (IRFC-FC). Son déploiement mobilise les oncologues, oncogériatres et diététiciens de Franche-Comté et renforce la dynamique régionale en matière de recherche clinique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.