Eté 2008 : Organisation de l’accueil aux urgences

Le dispositif d'accueil mis en place par l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour assurer le fonctionnement des urgences pendant l'été 2008 est dimensionné pour répondre aux besoins de la population face à tout type de situation : activité habituellement observée, tensions exceptionnelles, crise sanitaire.

Le dispositif d’accueil mis en place par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour assurer le fonctionnement des urgences pendant l’été 2008 est dimensionné pour répondre aux besoins de la population face à tout type de situation : activité habituellement observée, tensions exceptionnelles, crise sanitaire.

Engagés dès l’hiver, le recensement et l’adaptation des capacités sont organisés de manière à disposer de lits ouverts là où ils sont nécessaires, notamment en aval des urgences. Dans ce cadre, la prévision d’ouverture pour l’été 2008 est en augmentation moyenne de 2% par rapport à 2007 (soit 565 lits supplémentaires en juillet et 247 en août). De même, la capacité prévisionnelle en lits de soins suite et réadaptation (SSR) est en augmentation de 2%.

Parallèlement, le Centre régional de veille et d’action sur les urgences en Ile-de-France (CERVEAU)*, organisé avec l’Agence régionale de l’hospitalisation d’Ile-de-France (ARHIF), suit en temps réel comme tout au long de l’année le niveau d’activité des 52 services d’urgences connectés au réseau cyber-urgences et analyse quotidiennement l’activité et les disponibilités en lits (MCO et de SSR) de 188 établissements de la région, le nombre de dossiers traités par les 8 Samu. Entre le 1er juin et le 31 août, il observe les situations de tension et les alertes sanitaires afin d’ajuster de manière graduée le dispositif aux besoins qui pourraient être liés aux périodes de forte chaleur.

Ainsi, en cas de suractivité, l’AP-HP est en mesure de rouvrir, très rapidement, de manière totale ou partielle, jusqu’à 250 lits supplémentaires sans déclenchement du plan blanc.

Enfin, à la suite de la canicule de l’été 2003, des mesures ont été prises concernant les bâtiments (isolation, protection solaire, environnement) et les équipements, en particulier la mise à disposition d’une salle rafraîchie dans chaque service accueillant les urgences et dans chaque unité de soins de long séjour

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.