Ethique et médicaments

Samedi 14 janvier 2006, le Groupe nantais d'éthique dans le domaine de la santé (GNEDS) et le Conseil départemental de l'ordre des médecins de Loire-Atlantique organisent une journée d'éthique intitulée, cette année, "Ethique et médicaments".

Samedi 14 janvier 2006, le Groupe nantais d’éthique dans le domaine de la santé (GNEDS) et le Conseil départemental de l’ordre des médecins de Loire-Atlantique organisent une journée d’éthique intitulée, cette année, « Ethique et médicaments ».

Parmi les thèmes abordés au cours de cette 3ème Journée d’Ethique organisée à l’Institut régional de formation aux professions de santé du CHU de Nantes (IRFAPS – Amphithéâtre Stéphanie) on retiendra :
– les structures dépendantes de l’Etat intervenant dans la politique de bon usage du médicament,
– les principes d’ordre éthique intervenant dans les stratégies choisies par l’industrie pharmaceutique (stratégies dans la recherche, le développement…),
– la réflexion éthique sur les prescriptions disproportionnées,
– la réflexion éthique sur les prescriptions de motivation compassionnelle et les prescriptions de placebos,
– l’information et la communication autour du médicament.

A partir de situations concrètes issues de la pratique professionnelle, les conférenciers aborderont les problématiques médicales, juridiques, philosophiques et éthiques.

Public concerné soignants et médecins
Horaires 8h30 à 17h00

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.