Ethique, technologie et santé

L'Espace Éthique Azuréen (CHU - Faculté de Médecine) présidé par le Pr Dominique Grimaud a organisé le 3° printemps Éthique dans le but d’informer, d'échanger et de progresser autour du thème « Ethique, technologies et santé ». Praticiens, philosophes ingénieurs ont croisé leurs approches et expériences, vendredi 29 mars 2013 au Campus Saint Jean d’Angély. La rencontre était ouverte à tous.

L’Espace Éthique Azuréen (CHU – Faculté de Médecine) présidé par le Pr Dominique Grimaud a organisé le 3° printemps Éthique dans le but d’informer, d’échanger et de progresser autour du thème « Ethique, technologies et santé ». Praticiens, philosophes ingénieurs ont croisé leurs approches et expériences, vendredi 29 mars 2013 au Campus Saint Jean d’Angély. La rencontre était ouverte à tous.

Les questionnements
La technique a pénétré le quotidien du soin au point d’être devenue un support et une aide incontournables. Elle effraie autant qu’elle séduit et le lien qu’elle crée est tout autant de confiance que de défiance.Tant dans la pratique du soin que dans l’univers médico social, elle est omniprésente, revêt les formes les plus diverses et influe voire guide nos pratiques.
Selon son type : de substitution ou de support face au handicap, exploratoire dans la recherche d’un diagnostic, communicante comme interface intersectorielle ou entre acteurs, elle est bienfaisante mais potentiellement à risque.
Accueillis à Nice, les conférenciers de ce 3e Printemps Ethique, ont abordé le thème : « Ethique, technologies et santé ».
Après la conférence inaugurale de Jean Leonetti, médecin et parlementaire, sur « Autonomie et vulnérabilité », le philosophe Fabrice Gzil a posé la question du vertige possiblement induit par ce pouvoir technologique évoquant la version moderne du mythe de Prométhée.
La réanimation, tant de l’adulte que de l’enfant, est une spécialité hautement technique. Sadek Beloucif, et Yannick Aaujard ont rappelé les problèmes d’éthique, d’autonomie, de vulnérabilité soulevés au quotidien dans les services de soins intensifs.
L’aide, l’assistance, le soin et le lien social sont essentiels pour le citoyen âgé et la technologie peut y participer mais dans quel sens, a interrogé le gérontologue Alain Franco ?
La dépendance de l’humain face aux technologies de l’information ou aux techniques thérapeutiques des maladies chroniques a été développée respectivement par Christian Hervé, éthicien et médecin légiste, puis Bruno Charrat, ingénieur et chercheur.
François Cuzin, généticien et académicien des sciences, confronté à l’évolution de notre société de communication a posé la question de l’éthique dans la diffusion des informations sur la recherche et la science.
Patrick Gaudray, biologiste et membre du Comité National d’Ethique s’est interrogé sur le contrôle de l’évolution des technosciences : est-il possible de les maîtriser ?
Enfin  Jean-Yves Quiviger, philosophe a animé le débat final sur les technologies et la santé, entre crainte et adhésion, avant la conclusion de Dominique Grimaud, médecin réanimateur et Président de l’Espace Ethique Azuréen, qui a insisté sur la responsabilité de l’homme dans ces choix : concepteurs, techniciens, utilisateurs, nous avons tous la responsabilité du bon usage de ces techniques qui doivent rester au service de l’homme, citoyen et libre. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.