Etre infirmière dans les années 40 : un sacerdoce

Dans les années 40, on entrait dans la profession d'infirmière comme on entrait en religion. Cette vocation était si forte qu'elle demeure figée sur des emblèmes de promotion d'écoles d'infirmières et dans des recueils de baptême de promotion. Leurs formules édifiantes en disent long sur l'abnégation requise. Précieuses pièces du patrimoine hospitalier, elles ont été restaurées par le lycée des métiers d'art d'Auray...

Dans les années 40, on entrait dans la profession d’infirmière comme on entrait en religion. Cette vocation était si forte qu’elle demeure figée sur des emblèmes de promotion d’écoles d’infirmières et dans des recueils de baptême de promotion. Leurs formules édifiantes en disent long sur l’abnégation requise. Précieuses pièces du patrimoine hospitalier, elles ont été restaurées par le lycée des métiers d’art d’Auray…

Chaque promotion avait un emblème qui racontait au rythme des devises patriotiques l’attachement, la générosité, le dévouement.
Après toutes ces longues années, les tableaux sur lesquels se succédaient les visages des grands hommes avaient perdu de leur éclat ne laissant à certains que des couleurs salies et un lettrage orphelin de quelques caractères.

14 élèves en cours de graphisme décorateur se sont attelés pendant plus d’un an à redonner vie à ces oeuvres. Ainsi, Saint Ex se détache à nouveau du fond bleu nuit. Plus fier que jamais Leclerc se dresse sur son char dans la lumière d’un ciel parisien et Lyautey domine pour l’éternité l’immensité du désert.

Les 15 panneaux ont retrouvé place le 5 février 2008 dans le bâtiment des instituts de formation.

Le recueil de baptême de promotion interpelait les futures infirmières sur l’accomplissement de leur mission et le respect de leurs obligations. Il comportait également un chant qu’entonnaient les jeunes élèves lors de la cérémonie solennelle du baptême de promotion. Ainsi, la promotion 1946-1948 Marie Antoinette Colas des Francs reprenait en choeur ce chant de louange aux douces infirmières :

Infirmière qui chemine
dans la peine et la douleur
calme, apaise, illumine
ceux qui souffrent et ceux qui pleurent

Et parfois, malgré la peine
Le travail, le dur labeur
Garde le sourire quand même
Et donne toi de tout ton coeur

Nous avons pris pour modèle
Une aînée, une vraie française
Et sa devise est si belle
« savoir sourire » même déplaise

Refrain
Sourire, telle est notre devise
Sourire, il faut savoir sourire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.