«EVE» ou la lutte contre la douleur

L'Echelle Visuelle Electronique d'Evaluation de la Douleur, cet outil surdoué va permettre aux patients de mesurer leur douleur et d'en parler avec leur médecin.

L’Echelle Visuelle Electronique d’Evaluation de la Douleur, cet outil surdoué va permettre aux patients de mesurer leur douleur et d’en parler avec leur médecin.

Depuis début 2003, le service de Rhumatologie du Pr Francis Blotman (Hôpital Lapeyronie) a adopté ces échelles. Le Centre Antidouleur (Hôpital St Eloi) les met aussi à la disposition de ses patients et bientôt, le service d’Orthopédie du Pr Michel Chammas (Hôpital Lapeyronie) équipera ses chambres de EVE pour le suivi des douleurs post-opératoires. Les patients pourront ainsi informer leur médecin généraliste, leur rhumatologue ou le Cente Antidouleur du CHU de Montpellier des conditions de vécu de cette douleur.

Le Dr Patrick Ginies, responsable du Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur, DAR B à l’hôpital Saint Eloi et le Laboratoire AVENTIS ont développé le brevet de la première Echelle de mesure électronique de la douleur et des circonstances déclenchant cette douleur.

Baptisée «EVE», cette échelle ressemble à une «gameboy» et fonctionne au moyen d’un boîtier électronique. Elle est confiée à chaque patient au début de son hospitalisation et lui permet d’exprimer à tous les moments de son séjour, sa douleur et éventuellement les difficultés de soulagement de celle-ci. L’ensemble des informations peut être visualisé sous forme de courbes sur son écran. Un lien avec un poste informatique permet également de retenir et de classer toutes les informations dans le dossier du patient. Ainsi, l’équipe soignante peut suivre jour par jour, semaine par semaine, l’évolution précise du soulagement de la douleur de ses patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.