Exercice d’évacuation incendie

Les équipes sécurité-incendie du CHU de Limoges et le SDIS de la Haute-Vienne viennent de terminer un exercice d'évacuation incendie sur l'hôpital Dupuytren. L'occasion de répéter in situ les procédures et actions en cas de sinistre.

Les équipes sécurité-incendie du CHU de Limoges et le SDIS de la Haute-Vienne viennent de terminer un exercice d’évacuation incendie sur l’hôpital Dupuytren. L’occasion de répéter in situ les procédures et actions en cas de sinistre.

Le mercredi 11 avril à 7h30, les agents du service de sécurité incendie de l’hôpital Dupuytren et 4 personnels soignants répètent leurs rôles. Un générateur de fumée a été déclenché sur une aile du 8ème étage (actuellement en travaux) du bâtiment, et donne lieu à un exercice grandeur nature d’évacuation des lits .

8h30 les cris simulés d’un patient appelant « au feu » donnent l’alerte, précédant de 2 minutes le détecteur de fumée qui déclenche automatiquement les systèmes anti-incendie : portes coupe-feu, clapets coupe-feu dans les gaines de ventilation, verrouillage des ascenseurs desservant l’étage en feu (afin d’éviter que des patients ou visiteurs ne se rendent sur la zone)….
Les personnels soignants sortent le lit du patient de sa chambre, saisissent l’extincteur et préviennent immédiatement le service de sécurité incendie du CHU qui donne lui-même l’alerte au SDIS.

Quelques minutes après les agents de sécurité incendie sont sur place et procèdent aux premières manoeuvres pour protéger les personnes hospitalisées sur la zone et sécuriser les salles et chambres à proximité.

8h36, une dizaine de véhicules de pompiers arrivent et se déploient devant l’hôpital.
Le temps de prendre connaissance auprès du poste de sécurité des informations nécessaires à l’intervention (lieu exact de départ du feu, éventuels travaux en cours pouvant gêner l’accès ou l’évacuation…) et les pompiers harnachés de la tête aux pieds partent dans les escaliers.

Chaque personnel du SDIS et de la sécurité incendie du CHU connaît et applique son rôle : les pompiers font le tour des chambres sur la zone où l’incendie est déclaré, s’avisent des personnes à évacuer, déploient les lances incendies et les branchent sur les colonnes d’arrivée d’eau, les équipes du CHU débranchent les arrivées de fluides médicaux, aident les pompiers à se repérer et à intervenir… les systèmes d’évacuation de fumées et les fenêtres ouvertes permettent aussi de faciliter la visibilité et la respiration dans un espace jusqu’alors inaccessible sans les tenues et équipements dédiés.

10h00, l’exercice touche à sa fin. Les pompiers sont en nage et scrutent les stylos des observateurs de l’exercice qui finissent d’apposer notes et croix sur leurs calepins : le débriefing va pouvoir commencer. Un premier retour prochainement aidé par les films et photos pris tout au long de l’intervention.

5 ans après la dernière opération de ce type, les observateurs ont souligné la très bonne réactivité et la qualité des interventions des personnels soignants, de l’équipe sécurité incendie du CHU, et du « stationnaire » (personne gérant les communications entre les services de secours, et l’ensemble des acteurs intervenant au sein du CHU).

Une communication en amont auprès des services et des patients (affiches sur l’hôpital Dupuytren, informations sur les sites internet et intranet, notes de services, e-mailing, information presse…) a aussi permis de pratiquer cet exercice sans perturber l’activité des services et sans affoler les visiteurs ou consultants sur place au moment de l’intervention.

Le bon déroulement de cet exercice salué par les remarques des observateurs présents récompense le travail de l’ensemble de l’équipe sécurité incendie (55 agents) du CHU qui réalise 56000 vérifications par an sur des matériels, et organise prévention et formation auprès des personnels et prestataires intervenant sur les 5 hôpitaux du CHU de Limoges.

Une équipe placée sous la responsabilité de la direction des travaux du CHU qui rappelle que l’établissement a engagé des travaux pour installer un système de désenfumage encore plus performant ; un investissement d’un montant de 12 M d’euros sur 5 ans.

Philippe Couturier – Directeur des travaux et du système d’information : 05 55 05 55 55

Christophe Bouyssou, Responsable sécurité incendie : 05 55 05 55 55

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.