Extension de l’Hôpital Sud et inauguration du nouveau bloc operatoire

Le 2 mars a eu lieu la pose de la première pierre de l'extension de l'hôpital sud permettant d'accueillir les activités du Centre Médico-Chirurgical Les Petites Roches. En même temps,le nouveau bloc opératoire ouvert a été inauguré. A noter l'architecture et l'organisation innovantes de cet équipement...

Le 2 mars a eu lieu la pose de la première pierre de l’extension de l’hôpital sud permettant d’accueillir les activités du Centre Médico-Chirurgical Les Petites Roches. En même temps,le nouveau bloc opératoire ouvert a été inauguré. A noter l’architecture et l’organisation innovantes de cet équipement…

Pose de la 1ère pierre du bâtiment de soins de suite et réadaptation du CHU de Grenoble

Le projet d’extension de l’Hôpital Sud est l’aboutissement des travaux engagés en 2001 avec l’Agence Régionale de l’Hospitalisation de Rhône-Alpes (ARHRA). Il est conforme aux besoins évalués sur le bassin de santé de Grenoble et répond aux orientations régionales.

Ce projet consiste à transférer sur la commune d’Echirolles les services de réadaptation du CHU de Grenoble aujourd’hui regroupés pour l’essentiel au Centre Médico Chirurgical (CMC) « Les Petites Roches » à Saint-Hilaire du Touvet. La localisation sur l’agglomération permettra des prises en charge en rééducation à la journée ou à la demi-journée (ce qui n’était pas possible sur le plateau de Saint-Hilaire du Touvet, trop éloigné).

Au sein du CHU, le pôle de réadaptation implanté sur l’hôpital Sud va structurer l’offre de soins, d’enseignement et de recherche de très haute qualité du bassin grenoblois, en complémentarité avec d’autres établissements. Ce pôle aura pour mission de réorganiser une offre de soins de suite avec une orientation volontariste sur la rééducation en neurologie et la poursuite des missions du CHU en rééducation orthopédique et traumatologique, en rééducation vasculaire et en soins de suite médicalisés cardiologiques.

L’extension de l’hôpital Sud est l’axe moteur de cette réorganisation. Elle est soutenue par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation Rhône-Alpes qui finance cette opération de 32,6 millions d’euros, comprenant quatre niveaux et près de 7 000 m2 de surface.

Inauguration du bloc opératoire ouvert en orthopédie-traumatologie,équipement innovant en termes d’architecture et d’organisation

Depuis décembre 2006, l’Hôpital Sud dispose d’un nouveau bloc opératoire. Au terme de quatorze mois de travaux d’un montant de deux millions d’euros, cet investissement répond à des orientations stratégiques cohérentes avec le projet médical du CHU.

Le choix a été fait d’un plateau technique unique et ouvert. Ce hall opératoire est un espace qui compte quatre cellules opératoires de 45 m2 chacune, contigües et dont l’une située à une des extrémités peut être isolée par des parois isolantes plombées qui permettent la prise en charge de patients septiques. Le principe d’organisation retenu est qu’un chirurgien travaille sur deux sites opératoires. Cela permet à un opérateur de passer d’une cellule à l’autre dès qu’il a terminé son geste sur le premier patient qui reste pris en charge par les anesthésistes. Ce fonctionnement favorise une performance accrue du personnel médical. Il permet également une optimisation des moyens humains mobilisés par une plus grande rotation des malades.

Construit pour les Jeux Olympiques de 68, l’hôpital Sud constitue le site hospitalier de prise en charge de «l’appareil locomoteur» et regroupe essentiellement une activité d’urgence traumatologique, de chirurgie orthopédique et de rhumatologie. En l’absence de rénovation du bloc opératoire depuis l’origine et compte tenu de la croissance de l’activité chirurgicale (3 650 interventions prévues en 2007), le CHU de Grenoble a entrepris de reconstruire le bloc Sud en modifiant totalement son fonctionnement non seulement pour répondre aux nouvelles normes, mais surtout, pour accroître la sécurité des patients. Le maintien d’un bloc opératoire performant permet de renforcer l’attractivité du pôle d’excellence grenoblois.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.