Eye tracking : la relation visuelle entre patients intubés et soignants

Au CHU de Tours, dans le service de réanimation, des patients volontaires ont testé avec succès le nouveau matériel d’eye tracking. Grâce à ce dispositif s’instaure un dialogue entre patients et soignants – même ténu, l’échange se révèle salutaire, pour les hospitalisés comme pour l’équipe. Retour sur une initiative qui bénéficie du soutien de la Fondation MACSF.
Au CHU de Tours, dans le service de réanimation, des patients volontaires ont testé avec succès le nouveau matériel d’eye tracking. Grâce à ce dispositif s’instaure un dialogue entre patients et soignants – même ténu, l’échange se révèle salutaire, pour les hospitalisés comme pour l’équipe. Retour sur une initiative qui bénéficie du soutien de la Fondation MACSF.
L’eye tracking ou oculométrie (commande oculaire) est une technique basée sur  la mesure de la pupille et des reflets cornéens dans un champ lumineux infra rouge. C’est l’utilisation du regard pour commander/activer/valider une fonction comme par exemple cliquer sur un pictogramme, déplacer la souris du regard. En pratique pour exprimer son choix le patient doit fixer du regard le pictogramme pendant quelques secondes : un cercle commence à apparaitre et dès que celui-ci est complet la réponse est exprimée oralement par la tablette.
Au départ une difficulté à surmonter
Lorsqu’un patient est pris en charge dans un service de réanimation, il est très fréquemment intubé. Or, la communication du patient intubé est une réelle difficulté puisque la sonde d’intubation endotrachéale située entre ses cordes vocales le prive de la parole. Cette incapacité à communiquer est source de frustration et de stress pour le patient, rendant son séjour difficile. La plupart des patients rapporte qu’il s’agit de la chose la plus horrible du monde majorant le risque de syndrome de stress post-traumatique. Pour les soignants, cette difficulté à communiquer est source d’insatisfaction dans la prise en charge du patient et pour les proches d’un sentiment d’impuissance.
Les bienfaits de l’interdisciplinarité
Quand un psychiatre spécialisé dans l’étude du comportement dans les pathologies de l’autisme parle du matériel d’eye tracking qu’il utilise pour ses recherches à sa consœur de réanimation polyvalente, l’idée germe de tenter d’adapter ce matériel de commande visuelle pour les patients de réanimation !
L’équipe soignante, composée de personnels infirmiers et d’aides-soignants est enthousiaste et travaille, avec le fournisseur, à une configuration spéciale de la tablette pour les patients intubés. Au printemps 2015, les premiers patients volontaires testent le matériel dont l’ergonomie et les fonctionnalités sont rapidement modifiées pour être rendues plus pertinentes et pratiques. Pour tous, l’enjeu est important, car avec un nombre suffisant de tablettes, plus de la moitié des patients du service pourront communiquer avec les soignants mais également avec leurs proches.
"Le système d’eye tracking répond de manière innovante au besoin de compréhension réciproque entre les patients et les soignants. C’est pourquoi cette initiative a été adoptée à l’unanimité par le conseil d’administration de la Fondation MACSF qui a financé l’acquisition de 7 tablettes » commente son délégué général, Yves Cottret.
En savoir plus sur la Fondation MACSF
Depuis sa création en 2004, la Fondation MACSF soutient les démarches d’amélioration de la relation de communication entre patients et soignants.
A ce jour, la Fondation a soutenu près de 110 projets sur l’ensemble du territoire, décerné 39 prix de thèses et mémoires et organisé plus de 70 conférences sur la violence subie par les soignants, sur l’identitovigilance, et sur les risques liés à la mauvaise utilisation des réseaux sociaux 
 Pour sa session d’automne 2015 la Fondation MACSF lance à compter de ce jour un double appel à candidatures :
Prix de thèse et de mémoire
Les travaux doivent avoir pour thème – ou être en relation avec – l’objet de la Fondation « améliorer la relation de communication patients – soignants. Les prix récompensent individuellement les professionnels de la santé pour les travaux effectués à l’occasion de formations initiales ou continues.
Date limite de dépôt des dossiers : 30 octobre 2015 minuit 
https://www.macsf.fr/nous-connaitre/partenaire-professionnels-sante/fondation-entreprise-macsf.html
Appel à projets sur le thème du " processus partagé de décision patient-soignant " également énoncé " décision médicale partagée " ou encore " prise de décision partagée " cf le guide méthodologique " état des lieux " de la HAS
Les équipes médicales et paramédicales des établissements de santé ainsi que les organisations professionnelles de médecins ou paramédicaux libéraux ayant réalisé des démarches, actions, et/ou des supports de mise en place de ce processus sont invitées à candidater.
Date limite de dépôt des dossiers : 30 octobre 2015 minuit 
https://www.macsf.fr/nous-connaitre/partenaire-professionnels-sante/fondation-entreprise-macsf.html

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.