Faire «parler les cheveux» : le nouveau procédé du CHRU de Lille

Les équipes du Laboratoire de toxicologie du CHRU de Lille ont développé une méthode d'analyses toxicologiques performante, destinée à améliorer les résultats rendus dans le cadre du suivi des patients du CHRU, mais aussi dans le cadre des enquêtes judiciaires parfois très délicates. Cette méthode permet d'identifier des centaines de substances du type médicaments, stupéfiants, ou encore pesticides, dans les cheveux, le sang ou les urines.

Les équipes du Laboratoire de toxicologie du CHRU de Lille ont développé une méthode d’analyses toxicologiques performante, destinée à améliorer les résultats rendus dans le cadre du suivi des patients du CHRU, mais aussi dans le cadre des enquêtes judiciaires parfois très délicates. Cette méthode permet d’identifier des centaines de substances du type médicaments, stupéfiants, ou encore pesticides, dans les cheveux, le sang ou les urines.

Comment ça marche ?
Des centaines de molécules ont été manipulées par les toxicologues du CHRU, puis répertoriées dans une librairie informatique. Ce nouvel outil permet ainsi au laboratoire de toxicologie de détecter de manière beaucoup plus spécifique les substances présentes dans le corps humain, à des seuils impossibles à atteindre auparavant.

Quelles utilisations ?
Cette nouvelle méthode sera diffusée via un CD-Rom à tous les laboratoires de toxicologie souhaitant l’utiliser. Elle leur permettra de mieux répondre aux demandes d’analyses sollicitées par les services de soins pour les patients hospitalisés, et contribuera également à parfaire l’analyse dans le cadre d’enquêtes judiciaires : dosage des stupéfiants dans les accidents de la voie publique, recherche des causes de la mort, caractérisation d’une «soumission chimique».

Les missions du laboratoire de toxicologie du CHRU de Lille ?
Le laboratoire du CHRU de Lille intervient sur :
– L’adaptation des traitements dans le cadre du suivi thérapeutique des patients du CHRU (analyse de la posologie)
– La recherche de drogues ou médicaments absorbés pour les patients du CHRU
– Les expertises judiciaires en toxicologie : alcoolémie, dosage
des stupéfiants dans les accidents de la voie publique, recherche des
causes de la mort, caractérisation d’une soumission chimique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.