Faire «parler les cheveux» : le nouveau procédé du CHRU de Lille

Les équipes du Laboratoire de toxicologie du CHRU de Lille ont développé une méthode d'analyses toxicologiques performante, destinée à améliorer les résultats rendus dans le cadre du suivi des patients du CHRU, mais aussi dans le cadre des enquêtes judiciaires parfois très délicates. Cette méthode permet d'identifier des centaines de substances du type médicaments, stupéfiants, ou encore pesticides, dans les cheveux, le sang ou les urines.

Les équipes du Laboratoire de toxicologie du CHRU de Lille ont développé une méthode d’analyses toxicologiques performante, destinée à améliorer les résultats rendus dans le cadre du suivi des patients du CHRU, mais aussi dans le cadre des enquêtes judiciaires parfois très délicates. Cette méthode permet d’identifier des centaines de substances du type médicaments, stupéfiants, ou encore pesticides, dans les cheveux, le sang ou les urines.

Comment ça marche ?
Des centaines de molécules ont été manipulées par les toxicologues du CHRU, puis répertoriées dans une librairie informatique. Ce nouvel outil permet ainsi au laboratoire de toxicologie de détecter de manière beaucoup plus spécifique les substances présentes dans le corps humain, à des seuils impossibles à atteindre auparavant.

Quelles utilisations ?
Cette nouvelle méthode sera diffusée via un CD-Rom à tous les laboratoires de toxicologie souhaitant l’utiliser. Elle leur permettra de mieux répondre aux demandes d’analyses sollicitées par les services de soins pour les patients hospitalisés, et contribuera également à parfaire l’analyse dans le cadre d’enquêtes judiciaires : dosage des stupéfiants dans les accidents de la voie publique, recherche des causes de la mort, caractérisation d’une «soumission chimique».

Les missions du laboratoire de toxicologie du CHRU de Lille ?
Le laboratoire du CHRU de Lille intervient sur :
– L’adaptation des traitements dans le cadre du suivi thérapeutique des patients du CHRU (analyse de la posologie)
– La recherche de drogues ou médicaments absorbés pour les patients du CHRU
– Les expertises judiciaires en toxicologie : alcoolémie, dosage
des stupéfiants dans les accidents de la voie publique, recherche des
causes de la mort, caractérisation d’une soumission chimique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.