Fécondation In Vitro : un incubateur high tech pour optimiser les chances de grossesse

Le service de biologie de la reproduction du CHU de Bordeaux et du Centre d'Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS) vient d’acquérir un Embryoscope® de dernière génération, un système de culture embryonnaire innovant qui permet de maintenir l’embryon et d’observer son développement dans un milieu stable. Seuls trois hôpitaux possèdent un tel équipement en France et une centaine dans le monde.

Le service de biologie de la reproduction du CHU de Bordeaux et du Centre d’Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS) vient d’acquérir un Embryoscope® de dernière génération, un système de culture embryonnaire innovant qui permet de maintenir l’embryon et d’observer son développement dans un milieu stable. Seuls trois hôpitaux possèdent un tel équipement en France et une centaine dans le monde.
L’Embryoscope® fonctionne comme une étuve : chaque embryon est mis dans un puits spécifique, recouvert d’huile et maintenu dans des conditions de stabilité maximale pendant 2 à 5 jours et dans un environnement le plus proche possible de celui de l’utérus de manière à ce que l’embryon reste dans son milieu jusque l’implantation, ce qui limite  le stress et lui assure un meilleur développement.  « Grâce à l’Embryoscope® et pour le plus grand bonheur des futurs parents, nous avons augmenté de 10% le taux de succès – sur 157 tentatives  nous enregistrons 47 grossesses soit 39 %  à comparer aux 29% obtenus avec les autres systèmes de culture ! » se réjouit le Pr Clément Jimenez, chef du service de biologie de la reproduction et CECOS au CHU de Bordeaux.
L’incubateur est également équipé d’un système intégré d’observation qui prend des photographies de chaque embryon toutes les quinze minutes. « c’est une nouvelle vie pour un biologiste de la reproduction. On a maintenant accès à une observation après laquelle on courait depuis des années c’est-à-dire  le développement complet de l’embryon dès sa formation in vitro. » s’enthousiasme le Dr Aline Papaxanthos du service de biologie de la reproduction et CECOS au CHU de Bordeaux. L’Embryoscope® va permettre la réalisation d’un certain nombre de recherches, notamment des études multicentriques avec les centres hospitaliers qui disposent de l’appareil : quels sont les bons indicateurs du bon développement ? Quels sont les marqueurs cinétiques synonymes de pronostics favorables ? La manière dont se développe l’embryon a-t-elle des conséquences sur le devenir de l’enfant ?
Avec l’Embryoscope® le CHU de Bordeaux dispose aujourd’hui de toutes les techniques disponibles en matière de FIV et du meilleur et du plus innovant appareillage actuellement sur le marché.
Cette acquisition s’inscrit dans une démarche plus globale du CHU de Bordeaux, visant à une optimisation du matériel et de la qualité du laboratoire au niveau de la prise en charge de la FIV.
En savoir plus
En France, la probabilité d’accoucher suite à une FIV est passée de 14 % à 20 % en 20 ans.
35 FIV ont été réalisées par le biais de l’Embryoscope® au CHU de Bordeaux entre novembre 2012 et janvier 2013
Aucune sélection n’est effectuée du point de vue patient : les embryons sont systématiquement placés dans l’Embryoscope®, dans la limite des places disponibles.
L’Embryoscope® permet accueillir les embryons de 6 couples à la fois soit environ 15 couples par semaine.
Tout le personnel du laboratoire est habilité à utiliser l’appareil.
Contact : service de biologie de la reproduction et CECOS
Secrétariat : 05 56 79 56 81
CECOS : 05 56 79 54 31
Plus d’informations sur : www.chu-bordeaux.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.