Feu vert et soutien national au CHU de Rennes pour sa reconstruction

Le projet de reconstruction du CHU de Rennes sur le site de Pontchaillou, évalué à 585 Millions d'euros (toutes dépenses confondues) va bénéficier d’un soutien financier national d’un montant de 87 M€, soit 22% du coût total de la phase 1 (397M€) ; le reste du financement sera couvert par auto-financement et par emprunt. La décision a été prise par le Ministère des Solidarités et de la Santé le 25 juillet 2019 après avis favorable définitif du COPERMO* réuni le 16 juillet 2019.

Le projet de reconstruction du CHU de Rennes sur le site de Pontchaillou, évalué à 585 Millions d’euros (toutes dépenses confondues) va bénéficier d’un soutien financier national d’un montant de 87 M€, soit 22% du coût total de la phase 1 (397M€) ; le reste du financement sera couvert par auto-financement et par emprunt. La décision a été prise par le Ministère des Solidarités et de la Santé le 25 juillet 2019 après avis favorable définitif du COPERMO* réuni le 16 juillet 2019.
L’établissement qui souffre d’un patrimoine dispersé et vétuste des années 70 se félicite de cette bonne nouvelle. Elle couronne 4 ans de travail intensif de concertation et préparation. Dés la rentrée, le CHU choisira sa nouvelle architecture.
Le concept : un CHU organisé en trois espaces structurants qui reflètent les typologies des parcours des patients, l’ambulatoire et les services associés, le plateau médico-technique et les hospitalisations.
Cette reconstruction sur elle-même a été qualifiée de « cohérente équilibrée, lisible, bien dimensionnée, évolutive, modulaire et intégrant les contraintes environnementales » par les experts. Ils ont tout particulièrement apprécié
– le regroupement au sein d’un plateau technique chirurgical et interventionnel unique des plateaux techniques répartis sur 10 sites opératoires et des 5 sites interventionnels,
– le regroupement des 15 unités de soins critiques (réanimations, soins intensifs et soins continus) actuellement dispersés, en liaison directe avec le plateau chirurgical et interventionnel et le bâtiment actuel d’accueil des urgences,
– En cancérologie, la mise en place d’un projet innovant associant le CHU et le CLCC – Centre Eugène Marquis conforté par des engagements conjoints,
– le regroupement des services d’hospitalisation complète au sein de bâtiments dédiés sur des plateaux composés d’unités standardisées de 30 lits, selon une logique de plots reproductibles et adaptables en fonction des évolutions capacitaires.
Le CHU, cœur d’un vaste campus hospitalo-universitaire
A proximité des facultés de Santé, des laboratoires de recherche et des grands partenaires, Centre de Lutte Contre le Cancer, Etablissement Français du Sang (EFS), Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), etc.), et facilement accessible par les transports en commun (plusieurs stations de métro, halte SNCF, rocade), le site Pontchaillou d’une superficie de 32 hectares est idéalement situé
La reconstruction in situ sera de plus moins onéreuse qu’une reconstruction totale sur un nouveau site, en réutilisant une partie des bâtiments existants.

Un programme en trois phases

la première regroupe trois opérations majeures : 
• La construction du centre chirurgical et interventionnel qui regroupera l’ensemble des soins critiques (réanimations, soins continus, soins intensifs), les 36 salles de bloc opératoires actuelles auxquelles s’ajoutent les salles d’endoscopie et les salles interventionnelles actuelles, soit 55 salles sur un site unique, évolutif et à la pointe de la technologie. Ce bâtiment permettra également d’accueillir en hospitalisation, dans des conditions adaptées aux standards actuels, les patients relevant des spécialités de chirurgie. Les services adultes situés à l’hôpital Sud pourront alors être transférés dans des unités libérées par la construction du nouveau bâtiment.
• La construction du pôle femme-mère-enfant (transfert des activités de l’hôpital Sud) qui comprendra l’ensemble des activités des spécialités pédiatriques, gynécologiques et obstétricales de l’hôpital Sud. Les urgences de ces spécialités seront également hébergées dans ce bâtiment à proximité immédiate des urgences adultes.
• La construction de l’Institut Régional de Cancérologie (IRC) en partenariat avec le CLCC – Eugène Marquis. Il s’agit d’un projet novateur, 100% ambulatoire, qui assurera la prise en charge pluridisciplinaire et globale du patient en cancérologie. Le bloc opératoire du CLCC – Eugène Marquis, ainsi que les plateaux techniques d’imagerie, de biologie non spécialisée des cancers et pour partie de pharmacie, seront mutualisés avec les plateaux techniques existants du CHU. Le service d’hématologie adulte du CHU et celui d’oncologie du CLCC – Eugène Marquis seront regroupés dans un futur bâtiment de médecine, relié avec l’Institut.
La seconde phase prévoit la construction de deux nouveaux bâtiments d’hospitalisation pour les spécialités médicales, la médecine physique et la réadaptation fonctionnelle et la dialyse. En parallèle, le regroupement de l’ensemble des prises en charge ambulatoires (consultations, hôpitaux de jour) sera réalisé dans les bâtiments existants reconvertis à cet effet.
Enfin, la dernière phase sera consacrée à la réalisation de l’institut de biologie du CHU afin de moderniser et de regrouper l’ensemble des laboratoires et à la déconstruction du bâtiment principal « bloc hôpital ».
Ce travail de rationalisation va permettre au CHU de poursuivre ses coopérations territoriales avec l’ensemble des acteurs de santé publics et privés et de soutenir, notamment en matière de démographie médicale, les 10 établissements du Groupement Hospitalier de Territoire Haute Bretagne, ainsi que les 5 Centres Hospitaliers de référence de sa subdivision d’internat (Saint-Malo, Saint-Brieuc, Pontivy, Lorient et Vannes).
*Comité interministériel pour la Performance et la Modernisation de l’Offre de soins

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.