Fibrome utérin : nouveau traitement alliant IRM et ultrasons focalisés

Le CHU de Bordeaux est le premier établissement de santé à proposer à certaines patientes atteintes de fibromes utérins un nouveau système de traitement par ultrasons permettant de détruire les tumeurs par échauffement. Cette technologie innovante est utilisée avec succès depuis quelques mois au sein du service d'imagerie de l'hôpital Saint-André pour le traitement ambulatoire non invasif des fibromes utérins, tumeur non cancéreuse la plus fréquente chez les femmes en âge de procréer.

Le CHU de Bordeaux est le premier établissement de santé à proposer à certaines patientes atteintes de fibromes utérins un nouveau système de traitement par ultrasons permettant de détruire les tumeurs par échauffement. Cette technologie innovante est utilisée avec succès depuis quelques mois au sein du service d’imagerie de l’hôpital Saint-André pour le traitement ambulatoire non invasif des fibromes utérins, tumeur non cancéreuse la plus fréquente chez les femmes en âge de procréer.

«Depuis novembre 2008, 7 patientes atteintes de fibromes utérins ont bénéficié de ce nouveau traitement. La procédure s’est déroulée dans de très bonnes conditions, sans anesthésie et avec une très faible quantité d’antalgique. Les patientes ainsi traitées ont pu rentrer chez elles le jour même et reprendre une activité normale dans les jours qui suivaient» se félicite lePr Hervé Trillaud, chef du service d’imagerie diagnostique et thérapeutique du Groupe Hospitalier Saint-André au CHU de Bordeaux.

Ce nouvel équipement peut compléter, dans un avenir proche, les différentes options thérapeutiques actuellement disponibles : traitements médicamenteux (progestatifs, anti-inflammatoires non stéroïdiens…), myomectomie (ablation chirurgicale de fibromes utérins tout en conservant l’utérus), embolisation (obstruction des vaisseaux qui nourrissent le fibrome) et hystérectomie (ablation chirurgicale de l’utérus).

En 2008, en France 70 000 femmes environ ont du subir une hystérectomie.

Caractéristiques techniques et avantages du système

. Dispositif thérapeutique alliant l’imagerie par résonance magnétique à des ultrasons focalisés garantissant une grande précision (outil similaire à l’échographie, sous guidage IRM, permettant un très bon niveau de précision, entre 1 et 2 mm)

. Les échauffements produits permettent de détruire tout type de cellule, une lésion, une tumeur ou cautériser un vaisseau sanguin, sans endommager les tissus sains environnants

. Le + : les images de température sont utilisées par l’outil thérapeutique de façon automatisée

D’autres systèmes performants existent mais ce prototype conçu par Philips a deux particularités qui en font un équipement unique au monde : une sécurité accrue grâce à l’autorégulation (la machine s’arrête automatiquement si elle détecte un risque, une température suffisante…) et une précision renforcée grâce au chauffage volumétrique.

Historique du lancement du protocole de recherche

En 1997, une réflexion est menée autour de l’IRM pour faire évoluer cet équipement vers la possibilité de traitement. Une coopération nait entre le CHU de Bordeaux, l’université Victor Segalen de Bordeaux 2, le CNRS et Philips. Le premier prototype est développé dans un laboratoire de recherche de Bordeaux 2 et plusieurs brevets sont déposés.

Un prototype est alors créé et installé en décembre 2007 à l’hôpital Saint-André au sein du service d’imagerie.

18 novembre 2008 : 1er traitement de Fibrome utérin par ultrasons focalisés de haute énergie dans le cadre de ce protocole de recherche clinique.

A terme entre 50 et 100 patientes par an seront traitées au service d’imagerie médicale du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

AVC : COURSE CONTRE LA MONTRE AU CHU DE MONTPELLIER

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.

Dossier : la maladie de Lyme

Dans ce dossier, nous abordons la piqure de tique et la transmission de la bactérie Borrelia, à l’origine de la très médiatisée maladie de Lyme. L’occasion, sur la base de travaux et d’études scientifiques, de démêler le vrai du faux à l’heure où les controverses et fausses informations pullulent sur internet.