Fibromes utérins : un traitement non invasif permet de conserver l’utérus

Alternative à l’hystérectomie, l’embolisation détruit efficacement les fibromes sans mutiler la femme, une technique que le CHU de Lyon souhaite généraliser. Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses) qui se développent sur l’utérus et dont la grosseur peut varier de la taille d’une noisette à celle d’un melon. Une femme sur deux serait concernée après 40 ans.

Alternative à l’hystérectomie, l’embolisation détruit efficacement les fibromes, une technique que  le CHU de Lyon souhaite généraliser.
Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes (non cancéreuses) qui se développent sur l’utérus et dont la grosseur peut varier de la taille d’une noisette à celle d’un melon. Une femme sur deux serait concernée après 40 ans.
Très invalidants au quotidien, les fibromes sont peuvent entraîner des saignements menstruels abondants et prolongés, une envie fréquente d’uriner, des douleurs dans le bas-ventre, dans le bas du dos, lors des relations sexuelles.
Si les traitements médicamenteux peuvent stopper certains symptômes, ils réapparaissent dès l’arrêt du traitement. L’ablation de l’utérus(hystérectomie), est le plus souvent proposée.

Une technique à généraliser car non mutilante

Le service de radiologie interventionnelle de l’hôpital Louis Pradel souhaite généraliser un autre traitement : l’embolisation. Elle permet de conserver l’utérus et réduit le délai de convalescence à quelques jours contre plusieurs semaines en cas d’hystérectomie. Il s’agit d’un acte non chirurgical, réalisé sous anesthésie locale, qui ne laisse aucune cicatrice. Le principe de l’embolisation est de priver les fibromes de sang grâce à l’injection de microbilles synthétiques dans les artères de l’utérus.
Asphyxié, le fibrome ne reçoit ni oxygène ni nutriment. Ainsi, le ou les fibromes se nécrosent, se réduisent et les symptômes disparaissent définitivement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.