FIV : Montpellier, 4ème meilleur centre de fécondation in vitro de France

Avec un score de 19,6/20, le CHRU de Montpellier figure à la 4ème place du classement des meilleurs centres de fécondation in vitro (FIV) de France, derrière les CHU d’Antoine Béclère (AP-HP), de Cochin‐Saint‐Vincent‐de‐Paul (AP‐HP) et de Tours – selon le palmarès publié le 26 juin 2013 par « L’Express ». Une reconnaissance de l’expertise des équipes du Pôle Naissance et Pathologies de la Femme qui se disent aussi très fières de la confiance que leur témoignent chaque année plusieurs centaines de couples rencontrant des difficultés dans la conception de leur enfant.

Avec un score de 19,6/20, le CHRU de Montpellier figure à la 4ème place du classement des meilleurs centres de fécondation in vitro (FIV) de France, derrière les CHU d’Antoine Béclère (AP-HP), de Cochin‐Saint‐Vincent‐de‐Paul (AP‐HP) et de Tours – selon le palmarès publié le 26 juin 2013 par « L’Express ». Une reconnaissance de l’expertise des équipes du Pôle Naissance et Pathologies de la Femme qui se disent aussi très fières de la confiance que leur témoignent chaque année plusieurs centaines de couples rencontrant des difficultés dans la conception de leur enfant.
A leur attention, le CHRU a développé un ensemble des techniques d’assistance médicale à la procréation : inséminations artificielles, fécondations in vitro (FIV), FIV avec ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïde), diagnostic pré‐implantatoire (DPI), conservation du sperme et des embryons, etc.
Au CHRU de Montpellier, l’activité de fécondation in vitro est réalisée à l’Hôpital Arnaud de Villeneuve par les équipes de médecine de la reproduction (Pr Hervé Dechaud, Pr Bernard Hedon) et de biologie de la reproduction (Pr Samir Hamamah), au sein du Pôle Naissance et Pathologies de la Femme (Pr Pierre Boulot).
Le centre de fécondation in vitro du CHRU de Montpellier : une activité dynamique
Sur la période étudiée (janvier 2010‐mars 2011), 911 patientes ont bénéficié d’une tentative de fécondation in vitro (ponction d’ovocytes) au CHRU de Montpellier. Sur ces 911 patientes, 254 ont donné naissance à un ou plusieurs enfant(s), soit un taux de réussite moyen de près de 28%. Le centre obtient même des résultats proches de 30% pour les patientes âgées de 30 à 32 ans.
Il s’agit de résultats très satisfaisants pour les équipes du CHRU, meilleurs même que ceux habituellement observés pour les patients ne bénéficiant pas d’une assistance médicale à la procréation (25% de chances de procréation en moyenne à chaque cycle).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.