FIV : près de 100% de réussite grâce à une congélation ultra-rapide des embryons

Le 8 août 2011, deux jumelles ont vu le jour grâce à un nouveau procédé de congélation des embryons « la vitrification embryonnaire » réalisé dans le centre d’assistance médicale à la procréation (AMP) de l’hôpital Jean Verdier (AP-HP). Une première en France !

Le 8 août 2011, deux jumelles ont vu le jour grâce à un nouveau procédé de congélation des embryons « la vitrification embryonnaire » réalisé dans le centre d’assistance médicale à la procréation (AMP) de l’hôpital Jean Verdier (AP-HP).  Une première en France !

Nouvel espoir pour les couples cette technique préserve près de 100% de survie embryonnaire  alors qu’une congélation lente ne laisse à l’embryon qu’un peu plus de 50% de chances de rester intact après décongélation. « Cette amélioration technique  est notamment associée, dans le centre d’AMP de Jean Verdier, à une augmentation considérable des taux de survie des embryons après processus de congélation-décongélation » précise le Docteur SIFER, responsable de l’Unité de biologie de la reproduction de l’hôpital Jean Verdier (AP-HP), qui fait état de 28 grossesses en cours grâce à cette méthode.
Ce processus de vitrification embryonnaire optimise l’ensemble de la prise en charge des patients en AMP et notamment les chances de transfert intra utérin après décongélation. Il augmente aussi les chances de grossesses cumulées, sans recours à une nouvelle ponction ovocytaire, puisque tous les embryons obtenus deviennent disponibles pour être transférés.
Il permet également de réduire considérablement le risque de grossesses multiples, majeur en AMP, en diminuant le nombre d’embryons transférés d’emblée suite à la ponction ovarienne, sans craindre la lyse des embryons surnuméraires lors de la décongélation.
La congélation ultra-rapide des embryons après fécondation in vitro (FIV) est possible en France depuis fin 2010. A Jean Verdier – seul centre public autorisé dans le département de Seine-Saint-Denis pour la prise en charge en AMP de l’infertilité des couples- elle a impliqué les équipes des services de médecine de la reproduction, d’histologie – embryologie – cytogénétique – biologie de la reproduction – CECOS et de gynécologie-obstétrique.
Contacts presse
Communication institutionnelle de l’AP-HP – Service de presse – Tél : 01 40 27 37 22 – courriel : service.presse@sap.aphp.fr  – Salle de presse : http://www.aphp.fr/salledepresse
Hôpitaux Universitaires Paris-Seine-Saint-Denis (Avicenne, Jean-Verdier, René-Muret – AP-HP) – Gwendaline Henry, responsable du département  communication – Tél : 06 75 29 84 09 – http://chu93.aphp.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.