Foie : une recherche lilloise sur les maladies d’origine non alcoolique remporte un appel d’offres

« Développer de nouvelles thérapies ayant le moins d’effets indésirables possibles pour traiter certaines maladies de foie d’origine non alcoolique afin de réduire la morbidité de la maladie et le nombre de transplantions de foies » telle est l’ambition de PRECINASH. L’étude portera sur un nombre exceptionnel d’échantillons de foie et de sérum déjà disponibles issus d’une cohorte de plus de 1 000 patients.
« Développer de nouvelles thérapies ayant le moins d’effets indésirables possibles pour traiter certaines maladies de foie d’origine non alcoolique afin de réduire la morbidité de la maladie et le nombre de transplantions de foies » telle est l’ambition de PRECINASH. L’étude portera sur un nombre exceptionnel d’échantillons de foie et de sérum déjà disponibles issus d’une cohorte de plus de 1 000 patients

Ce programme de recherche à visée industrielle, porté par un partenariat entre le CHU de Lille et les industries de santé vient de remporter un appel d’offres attribué par un jury international et le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.  Le Pr François Pattou, Chef du service de chirurgie générale et endocrinienne du CHRU de Lille, et coordonnateur du projet se réjouit de la sélection «Etre identifié comme porteur d’une recherche innovante et de grande ampleur dans le domaine de la santé, donne beaucoup d’espoir aux travaux que nous menons actuellement. Nous pensons aboutir à des avancées médicales majeures qui contribueront à une réelle amélioration de la prise en charge des patients.»  Une avancée d’autant plus attendue qu’il n’existe pas aujourd’hui de traitement efficace et le diagnostic de la maladie nécessite une biopsie du foie

PreciNASH ambitionne de changer les prises en charge avec notamment la contribution du Pr Philippe Mathurin, chercheur et clinicien au CHRU de Lille et de son équipe, internationalement reconnu. 
Consortium multidisciplinaire d’experts scientifiques, d’équipes académiques associées, PreciNASH rassemble les équipes :
– du projet Fédératif Hospitalier-Universitaire (FHU) lillois INTEGRA (projet dédié à la prise en charge intégrée du diabète et des maladies cardiaques et vasculaires),
– du labex EGID (label de laboratoire d’excellence attribué à l’Institut Européen de Génomique du Diabète),
– de l’equipex LIGAN (plateforme lilloise de séquençage du génome de nouvelle génération)
– et d’un partenaire industriel majeur, SANOFI, associé à l‘ensemble de la réflexion : de la conception à la garantie d’impacts cliniques, économiques et sociétales

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.