Formation : Nantes à nouveau plébiscité par les futurs internes

C’est devenu un classique, un marronnier, le classement des CHU par les étudiants en 6ème année de médecine vient de sortir. Ils étaient 8 123 à passer les Épreuves Classantes Nationales Informatisées. En fonction de leur rang ils ont pu choisir la spécialité et le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) qui assurera leur formation. Le bimestriel What’s up doc reprend cette sélection et en fait un palmarès. En haut du tableau, le CHU de Nantes qui maintient sa position de leader et explique les raisons de son exceptionnelle attractivité.
C’est devenu un classique, un marronnier, le classement des CHU par les étudiants en 6ème année de médecine vient de sortir. Ils étaient 8 123 à passer les Épreuves Classantes Nationales Informatisées. En fonction de leur rang ils ont pu choisir la spécialité et le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) qui assurera leur formation. Le bimestriel What’s up doc reprend cette sélection et en fait un palmarès. En haut du tableau de l’édition 2016, le CHU de Nantes qui maintient sa position de leader, suivi par les CHU de Lyon et de Montpellier, Rennes et Bordeaux en 5ème position. Puis viennent Paris, Grenoble, Marseille, Strasbourg et la Réunion. Peu de changement à ce niveau-là.
Le CHU de Nantes ne boude pas son plaisir de se retrouver à nouveau en tête du classement; Le 17 février 2017, il a diffusé un communiqué vantant "l’alchimie nantaise" un parcours vertueux tiré par vers le haut par l’excellence. « C’est une excellente nouvelle », réagit Philippe Sudreau, directeur général du CHU . « Ce classement est pour nous un indicateur très important, et nous pensons que nos bons résultats ne sont pas uniquement dus à l’attractivité de la ville de Nantes, où il est clair qu’il fait bon vivre ! »
« L’alchimie qui fait notre réussite est difficile à définir. On retrouve tout de même voir deux points saillants : d’une part l’implication des enseignants, mais aussi des praticiens hospitaliers, pour assurer un tutorat fort, et d’autre part le dynamisme de la recherche dans notre établissement. » avance pour sa part le Pr Pascale Jolliet, doyen de la faculté nantaise.
"Avoir les meilleurs internes nous honore", ajoute Antoine Magnan, président de la commission médicale d’établissement. "Et nous donne l’opportunité d’encadrer et de former les meilleurs. Ce qui nous pousse à plus d’exigence et plus d’excellence et nous stimule tous"

Le bas du tableau est par contre complètement remanié souligne What’s up doc. Parmi les progressions, le CHU de Reims fait un bon de 7 places et, alors qu’il était dernier en 2015, se retrouve à la 21ème place.
Les spécialités les plus attractives : une surprise la médecine interne sur le podium
What’s up doc s’intéresse aussi aux spécialités sélectionnées. L’ophtalmologie est en tête et gagne une place, tandis que la néphrologie en perd une et se place en 2ème position. On note une petite progression pour la médecine interne qui se retrouve 3ème  en gagnant 3 places. Philippe Morlat, président de la Société nationale française de médecine interne (SNFMI) voit dans cet engouement la reconnaissance pour « une spécialité carrefour. Je crois que ce qui motive les étudiants, c’est une certaine curiosité, une envie d’apprendre et surtout un attrait pour la pluralité des domaines de connaissances ». Opter pour la médecine interne serait donc une question de passion, de défi diagnostique et thérapeutique à relever. Ce choix vient à contre-courant des critères habituellement mis en avant par les futurs médecins : liberté dans le choix du lieu et du mode d’exercice, possibilité d’actes techniques avec bien sûr un avantage également financier.  
Classement interrégions : l’Ile-de-France se démarque
Même si l’AP-HP n’est pas première au classement national, l’Ile-de-France gagne la première place en concurrence avec les autres interrégions. Ce choix est sans doute dû à la multiplicité des terrains de stage et des formations proposées par l’AP-HP. D’autres interrégions sont aussi prisées, le Sud-Ouest, le Sud.
Pour en savoir plus http://www.whatsupdoc-lemag.fr/userfiles/magazine-pdf/WUD-30/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.