Formations hospitalières à l’honneur : Angers reçoit le grand Prix

Annonce d'une mauvaise nouvelle en oncologie (CHU d'Angers), mobilisation des agents du pôle personnes âgées (CHU de Dijon), prise en charge de l’arrêt cardiaque par l'équipe du SMUR (CH de Chambéry), trois initiatives en matière de formation qui améliorent la qualité de l'information faite aux patients et renforcent la dynamique d'équipe. Primés par le jury de l’Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier (ANFH), les lauréats se sont partagé la somme de 14 000 € de dotation en achat de documentation.

Annonce d’une mauvaise nouvelle en oncologie (CHU d’Angers), mobilisation des agents du pôle personnes âgées (CHU de Dijon), prise en charge de l’arrêt cardiaque par l’équipe du SMUR (CH de Chambéry), trois initiatives en matière de formation qui améliorent la qualité de l’information faite aux patients et renforcent la dynamique d’équipe. Primés par le jury de l’Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier (ANFH), les lauréats se sont partagé la somme de 14 000 € de dotation en achat de documentation.

Le grand prix revient au CHU d’Angers qui a eu le souci de sensibiliser médecins et soignants à l’amélioration de l’annonce d’une mauvaise nouvelle en oncologie et a mené ce projet de manière originale, en faisant appel au talent de sa troupe de théâtre composée de soignants en exercice. Dans ce cas précis, l’art apporte une plus grande humanité à la relation soignant-soigné. Claude Reliat, cadre supérieur chargé de la formation au CHU d’Angers et  porteur du projet « Se former à l’annonce en cancérologie par le théâtre » répond aux questions de RESEAU CHU.

Pourquoi avoir choisi le médium du théâtre ?
Claude Reliat L’équipe du centre de simulation médicale du CHU d’Angers dont l’expertise est reconnue au plan national et celle du centre de coordination de cancérologie cherchaient à crédibiliser les scènes de simulation pour une meilleure implication des stagiaires et donc un meilleur apprentissage. Ils ont alors fait appel à la Compagnie Tréteauscope, la troupe de théâtre amateur de l’établissement.  Ces hospitaliers-acteurs ont relevé le défi, heureux de « jouer » en participant à développer les compétences d’autres hospitaliers. Non seulement les soignants-comédiens ont collaboré à l’écriture du scénario et à la mise en scène des situations, mais ils ont aussi participé aux simulations en endossant les rôles des patients et de leur entourage. La troupe s’est adaptée à la rigueur médicale tandis que les praticiens et les infirmiers ont été stimulés par la créativité des acteurs. D’ici la fin de l’année 2012, soixante-six hospitaliers auront été formés.

Quel était l’intérêt d’avoir choisi systématiquement un binôme médecin /soignant ?
C. R. Préconisée par le premier plan cancer, cette association répond aussi  à une très forte attente des paramédicaux qui souhaitent travailler davantage en collaboration avec le corps médical. Les médecins l’ont bien compris, ils s’impliquent volontiers sachant que  la valeur ajoutée de cette initiative se traduira par l’amélioration de la prise en charge du patient. D’ailleurs pendant les séances de simulation, même si l’annonce du diagnostic relève de la pratique médicale, il arrive que l’infirmière intervienne pour rassurer le patient en proposant, déjà à ce stade, une organisation et un accompagnent adaptés.
De plus, cette représentation théâtrale autour d’un temps fort dans la prise en charge du malade ouvre la voie à une communication plus sincère et authentique entre deux professionnels qui pourtant se côtoient quotidiennement.
L’intérêt d’améliorer les compétences collectives de l’établissement n’a pas échappé à notre directeur général Yann Bubien. Enthousiasmé par notre démarche, il a su l’encourager et partager la fierté de l’établissement lors de la remise du grand prix.

Concrètement quels ont été les enseignements de cette formation "pas comme les autres" ? Les patients ressentent-ils une amélioration ?
C. R. Le travail remarquable du service qualité montre déjà tout l’intérêt de cette action. Les résultats traduisent la satisfaction des stagiaires, mais pas encore celles des patients. D’ailleurs leur appréciation sera-t-elle un jour évaluable ? Oui sans doute mais différemment, ce sont les soignants eux-mêmes qui mesureront l’évolution des réactions de ces patients lors d’une annonce difficile. Mais ces derniers ne sauront probablement jamais que maintenant c’est mieux qu’avant  !
Pour en savoir plus contacter
Claude Reliat
02 41 35 41 79
ClReliat@chu-angers.fr
A propos du prix ANFH
L’ ANFH décerne depuis 2007 le Prix ANFH afin de promouvoir les projets exemplaires initiés dans le champ des ressources humaines et de la formation. Le prix est ouvert aux équipes des établissements sanitaires, médico-sociaux et sociaux relevant de la fonction publique hospitalière.
http://www.anfh.fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.