FrailSave : Mesurer la fragilité avec des objets connectés

Avec l’âge le risque de fragilité augmente. Elle se manifeste le plus souvent par de la fatigue, de la faiblesse musculaire, une baisse des activités, une perte de poids : des facteurs qui favorisent des maladies aigües et chroniques et des altérations fonctionnelles conduisant à la perte d’autonomie. Les médecins / chercheurs voudraient aujourd’hui savoir si cette fragilité, état intermédiaire entre la robustesse et la dépendance, peut être anticipée, si elle est réversible et si elle peut être prévenue par des actions ciblées.

Avec l’âge le risque de fragilité augmente. Elle se manifeste le plus souvent par de la fatigue, de la faiblesse musculaire, une baisse des activités, une perte de poids : des facteurs qui favorisent des maladies aigües et chroniques et des altérations fonctionnelles conduisant à la perte d’autonomie. Les médecins / chercheurs voudraient aujourd’hui savoir si cette fragilité, état intermédiaire entre la robustesse et la dépendance, peut être anticipée, si elle est réversible et si elle peut être prévenue par des actions ciblées.
C’est pourquoi, le service de Gériatrie du CHRU de Nancy, dirigé par le Pr Athanase Bénétos, s’est engagé dans une étude scientifique d’envergure européenne (Grèce, Espagne, Italie, Belgique, France et Chypre) baptisée FrailSafe. Elle vise à détecter cette fragilité de façon fiable, le plus précocement possible, en utilisant à domicile des outils de haute technologie. Les données recueillies, transmises par voie informatique, permettront des évaluations multiples de l’environnement des participants.
Concrètement, les volontaires de plus de 70 ans testeront
– Un tee-shirt qui enregistre des paramètres corporels
– Une tablette avec des jeux cognitifs
– Un dynamomètre électronique pour la mesure de la force musculaire
– Un téléphone portable avec GPS pour enregistrer l’activité physique
– Des appareils de mesure de la pression et la rigidité artérielle
– Des capteurs intramuros pour la détection des déplacements
La 1ère évaluation clinique par le gériatre
Un premier bilan sera effectué à partir d’entretien, examen médical et évaluation de l’état cognitif, psychologique, nutritionnel, moteur, etc. Ce bilan sera renouvelé au cours de l’étude. En parallèle, une série de visites à domicile par un infirmier sera programmée pour apprendre l’utilisation des différents appareils aux participants et les accompagner tout au long de l’étude. Le médecin traitant sera prévenu de leur participation et, le cas échéant, sera informé des résultats nécessitant une prise en charge spécifique.
FrailSafe testera l’efficacité d’un environnement « hight tech » dans la prévention de la fragilité et son acceptabilité pratique et éthique. Les volontaires bénéficieront d’une approche innovante dans la préservation de leur autonomie et ils contribueront à l’évolution de la recherche dans ce domaine. 

Laurence Verger, responsable de la communication recherche, CHRU de Nancy

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.