François Hollande en visite de santé à Poitiers

Accueilli au CHU de Poitiers, ce jeudi 26 janvier 2017, par Jean-Pierre Dewitte, son directeur général, le chef de l'Etat a marqué son attachement au "modèle" du système de santé français. Il a inauguré, à cette occasion, le nouveau Centre cardio-vasculaire de l'établissement.
Accueilli au CHU de Poitiers, ce jeudi 26 janvier 2017, par Jean-Pierre Dewitte, son directeur général, le chef de l’Etat a marqué son attachement au "modèle" du système de santé français. Il a inauguré, à cette occasion, le nouveau Centre cardio-vasculaire de l’établissement. 
Le président de la République, accompagné de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, du secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry Mandon, et d’Alain Claeys, député-maire de Poitiers et président du conseil de surveillance du CHU a commencé par se rendre au GIE TEP Position Poitou-Charentes. Ce groupement d’intérêt économique dédié à la tomographie à émissions de positons (TEP) rassemble des compétences et des équipements de pointe en médecine nucléaire sur le site de Poitiers. Crée en 2001, il associe à parts égales le CHU et la SARL Scintigraphie du centre d’imagerie du Poitou (SCIP).
La délégation s’est ensuite rendue au sein de l’unité de soins palliatifs et s’est entretenue avec le Dr Laurent Montaz, responsable de l’unité, Catherine Boisseau, cadre de santé, et leurs équipes.
Discours fédérateur pour l’inauguration du Centre cardio-vasculaire
En point d’orgue de ce déplacement officiel, François Hollande a inauguré le nouveau du Centre cardio-vasculaire. Le Pr Pierre Corbi, chef du pôle cœur-poumons-vasculaire, et Emmanuelle Luneau, cadre supérieure de santé, ont fait découvrir au chef de l’Etat le bâtiment flambant neuf. A commencer par les urgences cardiologiques et l’unité de soins intensifs, où Emmanuelle Luneau a fait une présentation du logiciel de gestion des lits : "un système innovant et performant, qui s’inscrit dans le plan d’amélioration d’accueil des urgences et qui nous permet d’accueillir les patients dans les meilleures conditions."
La délégation a également visité l’unité d’imagerie du centre, où le Pr Rémy Guillevin, médecin radiologue, a exposé les capacités de l’IRM 3 Tesla et les travaux de son équipe de recherche DACTIM-MIS (labellisée CNRS), puis les blocs opératoires, dont la salle multimodale de neurochirurgie et la salle hybride sont des équipements de pointe uniques en France.
En marge de sa visite, François Hollande a rencontré le Pr Olivier Mimoz et le Dr Jean-Yves Lardeur, respectivement coordonnateur et coordonnateur adjoint de l’équipe territoriale des urgences au sein du GHT de la Vienne et a annoncé l’octroi d’un financement pour assurer les vols de nuit et permettre ainsi le fonctionnement 24h/24 sur 365 ans jour par an de l’hélicoptère sanitaire régional. "Parce que nous avons besoin que tout le territoire soit accessible, le renforcement héliporté des SMUR est indispensable", a précisé le chef de l’Etat. 
"L’un des CHU les plus modernes de France"
A l’issue de sa visite du CHU, le président de la République a prononcé un discours devant plusieurs centaines de personnes réunies dans le hall du centre cardio-vasculaire. Il a tenu, dans ce contexte à rendre hommage "à tous les professionnels de santé qui humanisent et garantissent l’accès à la santé pour tous" et à souligner "l’atout considérable" en matière de recherche que représente les CHU et, parmi eux, celui de Poitiers "l’un des plus modernes de France"
"A l’image des équipes et des équipements de ce centre cardio-vasculaire, nous sommes véritablement dans l’excellence, a souligné le chef de l’Etat. Poitiers est aussi à la pointe dans la révolution qu’est la télémédecine.  Ce domaine constitue, avec l’innovation, l’interdisciplinarité et la personnalisation, la médecine de demain." 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.