Frédéric Boiron nommé directeur général du CHU de Saint-Etienne

Depuis le 22 août, Frédéric Boiron, 45 ans, est installé dans ses fonctions de directeur général du Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne.

Depuis le 22 août, Frédéric Boiron, 45 ans, est installé dans ses fonctions de directeur général du Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne.
Auparavant directeur du Centre Hospitalier de Beauvais dans l’Oise depuis 2007, il a été nommé au CHU de Saint-Etienne le 21 juin, par décret du président de la République. Il succède à Robert Reichert qui a quitté ses fonctions le 1er avril dernier. C’est avec plaisir et enthousiasme que Frédéric Boiron prend ses nouvelles fonctions à la tête du CHU de Saint-Etienne.
Premier employeur de la Loire et pôle de référence, cet établissement public est engagé dans de nombreux projets au service de la population stéphanoise. Il a récemment regroupé ses activités de court séjour à l’Hôpital Nord, offrant ainsi aux patients des installations particulièrement performantes.

A terme, l’objectif est de constituer sur ce site un pôle santé autour du soin, de l’enseignement, de la recherche et du développement industriel.
Parallèlement, un ensemble gériatrique d’envergure devrait être implanté à l’Hôpital Bellevue, à proximité du centre ville, en partenariat avec d’autres structures, comme la ville de Saint-Etienne et la Mutualité de la Loire, et en lien avec le Conseil Général. Les activités de Soins de Suite et de Réadaptation sont également appelées à se développer sur ce même site en partenariat avec la Fondation Caisse d’Epargne et la Croix Rouge.

Le CHU a par ailleurs engagé un programme ambitieux de rétablissement de sa situation financière depuis 2009, dont les premiers effets positifs ont pu être constatés à la clôture de l’exercice 2010. Le CHU conduit également une démarche d’amélioration de la performance dans le cadre d’un contrat signé avec l’Agence Nationale d’Appui à la Performance des Etablissements de santé et médico-sociaux.
Frédéric Boiron est diplômé de l’Ecole Nationale de la Santé Publique (ENSP) de Rennes (1993), de Sciences Po Bordeaux (1990) et de l’Institut de Journalisme de Bordeaux (1987). Il dispose également d’un diplôme universitaire Hôpital Plus (Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique / 2009-2010) et d’un diplôme universitaire 3ème cycle « Sciences médicales pour managers » (UFR Médecine Lariboisière / 2000-2003).
Frédéric Boiron a successivement été directeur adjoint de l’Hôpital Laennec (1991- 1995), secrétaire général de l’Hôpital Européen Georges Pompidou (1995-2001), adjoint au directeur puis directeur de l’Agence générale des équipements et produits de santé de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP 2001-2003). Il a ensuite pris la direction du Centre Hospitalier (CH) de Provins (Seine et Marne 2003-2007) tout en assurant l’intérim du CH de Coulommiers en 2005 (Seine et Marne).  Devenu directeur du CH de Beauvais (2007-2011), il a effectué parallèlement l’intérim du CH de Saint-Quentin dans l’Aisne en 2010 et celle des CH de Creil et Senlis (Oise 2010-2011) en vue de la création d’une direction commune. Par ailleurs, Frédéric Boiron a été élu en mars dernier président de l’Association des directeurs d’hôpital (ADH) pour un mandat de quatre ans. Il en était précédemment vice-président en charge des dossiers d’actualité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.