Frédéric Valletoux préside à nouveau la FHF et Gilles Calais prend la tête de la FHF Cancer

Frédéric Valletoux a été réélu à la tête de la Fédération hospitalière de France (FHF) pour un mandat de trois ans par le conseil d’administration, le 28 septembre 2016. Le lendemain, c’était au tour du Pr. Gilles Calais d’être désigné à la présidence de FHF Cancer. Il succède au Pr Norbert Ifrah, nommé en juin dernier à la présidence de l’INCa,.
Frédéric Valletoux entend continuer à porter haut et fort la voix de l’hôpital public et des établissements médico-sociaux dans un esprit de rassemblement et de dépassement des clivages. Dans sa profession de foi, il a rappelé son engagement et ses nombreuses prises de position pour défendre la fin de la convergence tarifaire, une plus forte régulation de l’installation des médecins ou encore pour réintroduire dans la loi l’existence d’un service public un et indivisible. Il continuera à s’investir sur les dossiers prioritaires que sont la proximité territoriale (en métropole et en outremer) et l’accès aux soins, la recherche et l’innovation ainsi que l’investissement. Sous son impulsion, la FHF aidera les 1 000 établissements publics de santé et 3 800 établissements médico-sociaux à relever les défis de demain. 
Une présidence sous le signe de l’ouverture
« L’ouverture de nos travaux a été et va continuer à être la marque de ma présidence. Cette ouverture résolue s’adresse aux médecins, au secteur médico-social, aux soignants, au secteur de la santé mentale, aux représentants des usagers. Elle est aussi dans la gouvernance de notre fédération que je souhaite rassemblée et indépendante à la fois », a-t-il indiqué.
Agé de 50 ans, Frédéric Valletoux est ancien journaliste, maire « Les Républicains » de Fontainebleau, conseiller régional d’Ile-de-France et président du conseil de surveillance de son l’hôpital.
Le Pr Gilles Calais représentera désormais la cancérologie publique dans un contexte de recomposition de l’offre hospitalière à l’échelle des territoires. A ce titre, les premiers chantiers de la FHF Cancer* porteront sur une approche innovante et efficiente de la filière de soins cancer dans les projets médicaux partagés des groupements. Dans cette perspective, l’intégration des innovations thérapeutiques et technologiques dans les stratégies de prise en charge des patients atteints du cancer sera au cœur des préoccupations de la FHF Cancer. 
Le Pr Gilles Calais souhaite renforcer la cohérence territoriale de prise en charge globale du cancer et entend valoriser la place des établissements publics de soins et médico-sociaux. Il souligne leur capacité à traiter toutes les typologies de cancer, leur engagement en matière de lutte contre le cancer, d’équité d’accès aux soins et dans la recherche. La FHF Cancer entend créer une synergie forte et durable entre tous les acteurs et les établissements, CHU, CH, CHS et établissements médico-sociaux 
Professeur des Universités Praticien Hospitalier à la faculté de médecine et au CHU de Tours, le Pr Gilles Calais, 53 ans, cancérologue et radiothérapeute, est également Président de la commission médicale d’établissement, membre du Conseil de surveillance et du Directoire du CHU de Tours.
Le cancer constitue l’une des premières causes de mortalité en France avec un nombre de nouveaux cas de cancer en métropole estimé à 385 000 et un nombre de décès par cancer à 149 500 en 2015, selon l’INCa**. 
*FHF Cancer est une instance de représentation de la cancérologie publique, née en 2012 de la fusion du Pôle Cancer de la FHF et de la Fédération Nationale de Cancérologie des Hôpitaux Publics. Depuis 2012, l’ensemble des services de cancérologie des hôpitaux publics sont réunis au sein de FHF Cancer. Avec plus de 360 établissements sanitaires répartis sur tout le territoire, FHF Cancer compte plus de 100 000 médecins et soignants au service des patients atteints de cancer.
**Sur la période 2004-2008, le cancer a représenté la première cause de décès en France chez l’homme (33 % des décès masculins) et la deuxième cause chez la femme (24 % des décès féminins).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.