Frédéric Valletoux réélu à la présidence de la Fédération hospitalière de France

La Fédération hospitalière de France (FHF) a annoncé ce 25 septembre la réélection à sa tête de Frédéric Valletoux pour un mandat de trois ans. Une élection qui intervient à un moment décisif où l'hôpital public se trouve au cœur de l'actualité dans le cadre des travaux relatif à Ma Santé 2022 et de la future loi grand-âge/Autonomie, avec une préoccupation grandissante de l'opinion publique sur l'avenir du système de santé.
La Fédération hospitalière de France (FHF) a annoncé ce 25 septembre la réélection à sa tête de Frédéric Valletoux pour un mandat de trois ans. Une élection qui intervient à un moment décisif où l’hôpital public se trouve au cœur de l’actualité dans le cadre des travaux relatif à Ma Santé 2022 et de la future loi grand-âge/Autonomie, avec une préoccupation grandissante de l’opinion publique sur l’avenir du système de santé. 
« En souhaitant m’engager pour un nouveau mandat, je mesure la responsabilité qui m’incombe, tant l’hôpital et les structures sociales et médico-sociales publics constituent l’un des ciments essentiels du "pacte social" de notre pays, a déclaré Frédéric Valletoux. Ensemble, tous nos établissements forment aussi un service public plébiscité par nos concitoyens et indispensable à tous, notamment à ceux qui sont marqués par les fragilités de la vie que sont la maladie, la perte d’autonomie, le handicap, et la précarité»
Avec le conseil d’administration, les Fédérations Hospitalières régionales et en concertation avec toutes les parties prenantes, le président réélu affiche sa volonté de  défendre et promouvoir les intérêts de l’hôpital public et des établissements médico-sociaux en axant ces trois prochaines années sur les enjeux de la réforme du système de santé, de l’attractivité des métiers, l’effectivité de l’accompagnement du Grand Âge et de la perte d’autonomie, une priorité donnée à la psychiatrie et la santé mentale, une volonté affirmée en matière de recherche et l’enseignement et une réforme du financement par la pertinence.

Prolonger les actions menées

Agé de 53 ans, Frédéric Valletoux est ancien journaliste, maire «Agir» de Fontainebleau, conseiller régional d’Ile-de-France et président du Conseil de surveillance du centre hospitalier de Sud Seine-et-Marne. Après deux mandats en tant que président bénévole de la FHF, ce fervent défenseur de l’hôpital et de établissements médico-sociaux publics a souhaité présenter sa candidature afin de prolonger les actions menées et porter la parole et les propositions des 4000 établissements publics de santé que représente la FHF.

Un premier mandat consacré à renforcer le rôle des acteurs de terrain

Les trois dernières années du mandat ont été consacrées à renforcer le rôle primordial des acteurs de terrain notamment des Fédérations régionales et des Conférences hospitalières.
La Fédération s’est par ailleurs davantage ouverte: à la médecine de ville, avec le Rapport Ville/hôpital réalisé par le Dr Jean-Pierre Jardry (le déploiement de la responsabilité populationnelle sur cinq territoires pionniers), aux associations d’élus locaux et aux usagers, avec le Rapport sur l’amélioration de l’accueil des enfants à l’hôpital, aux acteurs du médico-social et du handicap, avec la campagne «Marie-Louise», le Rapport sur les nouvelles technologies et le numérique au service du grand-âge et le soutien apporté à Handifaction
Les travaux engagés et les dossiers portés ces trois dernières années ont permis des avancées concrètes notamment sur: 
– le volet du financement des établissements en obtenant le dégel intégral des crédits sanitaires, la hausse des tarifs, et la restitution partielle de la sous-exécution sanitaire d’une part, médico-sociale d’autre part
–  l’approche par les territoires avec l’inscription dans la loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé de la responsabilité populationnelle portée par la FHF
la pertinence des actes et des séjours que les pouvoirs publics ont, grâce à la FHF, identifié comme un axe majeur dans la transformation du système de santé. 

Trois chantiers prioritaires: l’attractivité, le grand-âge, le financement

Fort de ces actions, Frédéric Valletoux et son bureau, souhaitent engager trois chantiers prioritaires en lien avec les enjeux de transformation du système de santé initiés par les pouvoirs publics: 
– « Les professionnels de santé d’abord», pour un choc d’attractivité. De l’urgence à valoriser les carrières médicales hospitalières et l’excellence des compétences pour contrer la désertification médicale et stopper la concurrence sauvage de l’intérim. 
 – « Concrétiser le parcours», en particulier pour les plus fragiles: grand âge autonomie, handicap. 
– Revoir les modèles de financement: la FHF entend défendre certaines positions fortes notamment sur l’enjeu majeur du financement (et son évolution) de la recherche et de l’innovation, la psychiatrie, le SSR, et l’évolution de l’ONDAM.
« Je souhaite remercier les membres du Conseil d’administration de la FHF, et à travers eux les adhérents, de m’avoir renouvelé ainsi leur confiance. Avec les administrateurs, les fédérations régionales, tous ensemble, nous pouvons apporter aux femmes et aux hommes qui travaillent dans nos établissements publics, ainsi qu’aux usagers la garantie d’une Fédération exigeante et bienveillante qui protège, propose, innove afin de garder en nous la fierté d’être le service public pour lequel les français ont le plus confiance», a conclu Frédéric Valletoux.
Pour en savoir plus: le communiqué de la Fédération hospitalière de France

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.