Front commun pour la sécurité à l’hôpital : la justice et les forces de l’ordre aux côtés du CHU de Rennes

Prévention de la délinquance ou du risque terroriste, lutte contre les violences et incivilités.. « Etre en sécurité au CHU, quand on y travaille ou qu’on s’y fait soigner » est un droit. Pour assurer la sûreté de l’établissement, le CHU de Rennes, les forces de l’ordre et le Ministère de la justice viennent de signer un protocole d’accord.
Prévention de la délinquance ou du risque terroriste, lutte contre les violences et incivilités.. « Etre en sécurité au CHU, quand on y travaille ou qu’on s’y fait soigner » est un droit. Pour assurer la sûreté de l’établissement, le CHU de Rennes, les forces de l’ordre et le Ministère de la justice viennent de signer un protocole d’accord.
Un partenariat local et opérationnel… 
A Rennes, le protocole d’accord « local » a pour objectif d’améliorer la sécurité aux abords et au sein du CHU de Rennes, en particulier au sein du service des Urgences, très exposé au risque de violence et de renforcer la coopération entre l’hôpital et les services compétents. Il détermine les circonstances dans lesquelles l’établissement peut bénéficier de l’intervention des forces de l’ordre et de l’appui de la justice, et prévoit les modalités de leur collaboration.

« Ce texte marque la volonté de rapprochement et de collaboration entre nos différentes institutions. Fruit d’une profonde concertation et grâce à l’apport de chacun de nos services, il témoigne de la qualité du travail réalisé afin de faire évoluer nos pratiques pour une meilleure protection des patients, des usagers et des professionnels de l’établissement » souligne  Véronique Anatole-Touzet, directrice générale du CHU de Rennes.

Ce texte actualise la précédente version datant de 2014. Organisé en 5 points, il vise spécifiquement à intégrer la nouvelle dimension attentat et l’indispensable collaboration qui en résulte entre les forces de sécurité intérieures et le CHU. Autre nouveauté, l’apparition dans le corps du protocole de l’activité médico-légale, absente de la précédente mouture.
Ce protocole au contenu élargi « consolide les relations de confiance entre toutes les parties pour assurer un service public de santé sécurisé ». Le document a été unanimement salué par le Procureur Nicolas Jacquet, l’Inspecteur général Patrick Chaudet et le Colonel François-Xavier Lesueur.

…déclinaison d’un protocole national
La recrudescence du risque attentat depuis novembre 2015 a eu un fort retentissement dans le fonctionnement des services de l’Etat avec la nécessité accrue d’encadrer et d’optimiser les coopérations en matière de prévention et de sûreté dans le milieu de la santé. L’alliance entre le CHU de Rennes et les services de l’État chargés de la prévention et du traitement de la violence, de la délinquance et du risque attentat avec, s’inscrit dans le cadre de la politique interministérielle* visant à évaluer et prévenir les actes malveillants susceptibles d’être commis dans le milieu de la santé.
*Textes de référence

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.