Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

La fumagilline est un antiparasitaire dont la production s’est arrêtée en 2019. Crédit photo : HCL
L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Le genre d’histoire qui fait du bien. Il y a quelques jours, on apprenait que la fabrication d’un médicament rare, voire disparu du marché depuis quelques années, avait permis de sauver la vie de 27 patients, dont celle de Raphaël, quinze ans. Pour cet adolescent greffé du foie en juin 2020, les choses se compliquent quelques mois plus tard, alors qu’il présente des troubles du transit à répétition qui rappellent des gastro-entérites. Dans les couloirs de l’hôpital Femme Mère Enfant, le Dr Noémie Laverdure, pédiatre, songe alors à une infection rare. Et c’est auprès du Dr Meja Rabodonirina, biologiste spécialisée en parasitologie et mycologie, que cette hypothèse va se confirmer

Dans l’organisme du jeune garçon, on constate la présence de l’Enterocytozoon bieneusi, champignon responsable de diarrhées sévères et particulièrement dangereuses pour les patients immunodéprimés. Pour Raphaël comme pour tous ceux qui reçoivent un traitement immunosuppresseur, impossible de lutter contre un tel envahisseur, le système immunitaire étant trop affaibli. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe un remède : la fumagilline, antiparasitaire utilisé depuis les années 50. La mauvaise vient de la pharmacie centrale des HCL : les derniers stocks ont été écoulés en mars 2020, la fumagilline n’étant plus produite depuis 2019. 

 

Un espoir venu de Hongrie

Si un traitement permet momentanément un arrêt des diarrhées, il ne peut être une solution viable sur le long terme. Il faut donc trouver de la Fumagilline et vite. Les pharmaciens de Fripharm, plateforme de Fabrication, de Recherche et d’Innovation pharmaceutique implantée à la pharmacie de l’hôpital Edouard Herriot, frappent à la porte de fournisseurs chinois, indiens ou encore européens. L’espoir arrivera finalement de Hongrie, où 300 grammes de matière première (Aspergillus fumigatus) servant à produire le précieux médicament sont disponibles. Le transport à moins 80°C de ce véritable trésor, particulièrement sensible aux écarts de températures et à la lumière, se fait sans encombre depuis l’est du continent. 

Août 2021. Grâce au travail des pharmaciens qui transforment ce reliquat de matière première en médicament, le calvaire de Raphaël s’arrête. D’autres patients seront soignés après lui, à l’image de Sofienne, qui a vu ses maux de ventre arriver cinq ans après sa greffe de rein (source BFM TV), ou encore d’une patiente qui avait perdu 20 kilos en un an.

L’équipe de Fripharm, service dirigé par le Pr Fabrice Pirot. Crédit photo : HCL

En un an et demi, ce sont vingt-sept doses personnalisées qui ont été produites pour traiter des patients d’un peu partout (Lyon mais aussi Grenoble, Rennes, Nantes, Bordeaux, Paris, Clermont-Ferrand). Mais le stock n’est pas illimité. A raison d’une dose de 50 mg, ce sont logiquement deux cents patients maximum qui pourront bénéficier de la fumagilline produite par Fripharm. Une quantité insuffisante lorsqu’on sait qu’une centaine de personnes immunodéprimées sont atteintes par des microsporidies chaque année en France. La fumagilline pourrait donc une nouvelle fois passer du statut de denrée rare à introuvable. 

Prochaine étape, ambitieuse : trouver une start-up pour produire la fumagilline. Crédit photo : HCL

Actuellement nous cherchons un chimiste qui puisse reproduire cette poudre (...).

Dr Camille Merienne, pharmacien aux Hospices Civils

Face à cette réalité d’un stock qui réduit comme peau de chagrin, l’équipe de Fripharm est en recherche d’une start-up capable de relancer la production du principe actif de la fumagilline. “Actuellement nous cherchons un chimiste qui puisse reproduire cette poudre en grade pharmaceutique de façon à permettre, soit à un industriel de reprendre la production du médicament soit à des pharmacies hospitalières de faire des doses au cas par cas pour des patients”, a expliqué le Dr Camille Merienne, pharmacien aux Hospices Civils de Lyon, sur les ondes de RCF Lyon

Un retour en arrière ne semble donc clairement pas envisageable dans les esprits. Pourtant, le coût d’une relance de production, estimé à plus d’un million d’euros, pourrait freiner les potentiels candidats…

La rédaction avec les HCL

 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.