Fusillade du Thalys : le patient hospitalisé à Lille bientôt transféré à Paris

Hospitalisé depuis vendredi 21 août 2015, le patient blessé par balle qui s'était interposé à l'homme armé, lors de la fusillade du train THALYS, est en passe de quitter le Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Lille.

Hospitalisé depuis vendredi 21 août 2015, le patient blessé par balle qui s’était interposé à l’homme armé, lors de la fusillade du train THALYS, est en passe de quitter le Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Lille.

Héliporté au CHRU de Lille, dans le service des soins intensifs des urgences du CHRU de Lille, le patient a ensuite été transféré dans la semaine dans le service des soins intensifs de chirurgie thoracique, pour un traumatisme thoracique.

Aujourd’hui, le patient est hospitalisé dans un service conventionnel de chirurgie. Son état de santé s’améliore, il a pu se lever quelques instants. Compte tenu de l’évolution satisfaisante de son état de santé et sous réserve de quelques examens complémentaires, le patient pourrait être transféré vers un hôpital Parisien au cours de la première semaine de septembre.

Le CHRU de Lille précise dans son communiqué en date du 28 août qu’aucun point presse, ni aucune interview ne seront organisés avant la sortie de ce patient.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.