Fusion du centre hospitalier de Lusignan avec le CHU de Poitiers

Le centre hospitalier universitaire de Poitiers et le centre hospitalier de Lusignan ont fusionné le 1er janvier 2013 consolidant ainsi l’offre en soins de suite et réadaptation dans la Vienne. Les deux établissements préparaient ce rapprochement depuis l’instauration d'une direction commune en janvier 2012. Qualifiée d’axe fort de coopération du CHU de Poitiers sur le Nord du Poitou-Charentes, cette fusion marque une étape importante dans le développement des coopérations qui ont débuté il y a maintenant plus de huit ans. Point de vue de René Gibault, maire de Lusignan…

Le centre hospitalier universitaire de Poitiers et le centre hospitalier de Lusignan ont fusionné le 1er janvier 2013 consolidant ainsi l’offre en soins de suite et réadaptation dans la Vienne. Les deux établissements préparaient ce rapprochement depuis l’instauration d’une direction commune en janvier 2012. Qualifiée d’axe fort de coopération du CHU de Poitiers sur le Nord du Poitou-Charentes, cette fusion marque une étape importante dans le développement des coopérations qui ont débuté il y a maintenant plus de huit ans. Point de vue de René Gibault, maire de Lusignan…
René Gibault, maire de Lusignan depuis 1995 et ancien cadre de santé au CHU de Poitiers, détaille les avantages de ce rapprochement*. Selon l’élu « les petits hôpitaux auront du mal à survivre dans l’avenir alors que lorsqu’ils se regroupent, ils sont plus forts et plus stables, notamment sur le plan financier. » Le Centre hospitalier de Lusignan a préparé ce rapprochement depuis 10 ans en reconstruisant ses bâtiments ; un investissement qui lui permet aujourd’hui de remplir la totalité de ses lits. C’est d’ailleurs parce que l’hôpital de Lusignan fonctionne bien actuellement et qu’il dispose d’une situation financière saine que le rapprochement avec le CHU de Poitiers se déroule dans la sérénité. Désormais le centre hospitalier de Lusignan lie son présent et son avenir à celui du CHU. Son projet médical et son projet de soins sont désormais partagés avec ceux de Poitiers, un gage de pérennité qui rassure les patients et le personnel.
Centre hospitalier de Lusignan données repères
Située entre Niort et Poitiers, Lusignan bénéficie des avantages de la vie à la campagne tout en profitant des atouts de la métropole poitevine à seulement 25km. La cité compte 2 700 habitants et le canton 11 500 habitants et ce territoire attractif est appelé à se développer avec l’installation de travailleurs venant de Poitiers ou de Niort.
– 215 lits dont 16 lits de soins de suite et 5 lits de coma végétatif
– 80 % des patients reçus à Lusignan proviennent du CHU de Poitiers
*L’interview est parue dans la lettre d’information du CHU de Poitiers, en date du 21 décembre 2012

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.