Futur bâtiment de néonatologie et réanimation néonatale : pose de la 1ère pierre

A proximité directe de la Maternité Olympe de Gouges, le futur bâtiment de néonatologie et réanimation néonatale du CHRU de Tours regroupera les activités pour nouveau-nés. Le chantier débuté en septembre 2015 devrait s’achever dans deux ans. Les 2 544 m² (surface utile) répartis sur 4 niveaux représentent un investissement total de 26 millions d’euros autofinancés par le CHRU de Tours. Ce nouvel édifice d’une capacité de 49 lits optimisera le parcours de soins des mères et des enfants

A proximité directe de la Maternité Olympe de Gouges, le futur bâtiment de néonatologie et réanimation néonatale du CHRU de Tours regroupera les activités pour nouveau-nés. Le chantier débuté en septembre 2015 devrait s’achever dans deux ans. Les 2 544 m² (surface utile) répartis sur 4 niveaux représentent un investissement total de 26 millions d’euros autofinancés par le CHRU de Tours. Ce nouvel édifice d’une capacité de 49 lits optimisera le parcours de soins des mères et des enfants en évitant les transferts par SMUR souvent à l’origine de complications neurologiques et respiratoires.

Avec une réanimation néonatale à proximité directe, la maternité de type III se met en conformité complète avec les exigences réglementaires. A ce jour, cette obligation n’est que partiellement remplie par l’Unité de Pédiatrie en Maternité (UPM), créée au moment de l’ouverture du bâtiment Olympe de Gouges, en 2004. Cette unité réunit une équipe de pédiatres et de puéricultrices. Elle accueille les nouveau-nés qui nécessitent une prise en charge immédiate ; elle fonctionne avec 1 lit de réanimation et 8 lits de néonatologie/surveillance continue. Du fait de sa capacité limitée, cette solution n’était pas totalement satisfaisante. C’est pourquoi le regroupement des activités a été inscrit dans le Plan directeur 2012-2016 et dans le Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens signé avec l’ARS.

Des améliorations pour l’accueil des patients
Actuellement, la moitié des demandes de transferts in-utero sont refusées par manque de place. Le nouveau site vient compléter l’offre de soins régionale en réanimation néonatale, très inférieure à la moyenne nationale ou des Pays de la Loire. Autre avantage, sa proximité avec la maternité facilite l’allaitement maternel et favorise le maintien du lien père-mère-enfant en permettant aux parents de rester auprès de leurs enfants dans des conditions hôtelières adaptées. Des « lits kangourous » accueilleront les couples mère-enfant relevant d’une surveillance médicale.
Côté professionnels, le rapprochement  des équipes médicales, néonatologistes, obstétriciens, sages-femmes et paramédicales facilitera les relations de travail et le suivi des nouveau-nés et de leurs parents.

Capacité fonctionnelle et d’organisation

La création de 9 lits supplémentaires portera la capacité totale du site à 49 lits dont (16 lits de réanimation, 9 lits de soins intensifs et 24 lits de soins continus), incluant la requalification de 3 lits de soins intensifs en lits de réanimation et la création de 12 lits « kangourous »;
Le bâtiment abritera également le Centre de Nutrition et le SMUR néonatal.

Un chantier conduit dans la concertation

Les personnels qui travailleront dans le futur bâtiment ont été associés au choix de l’architecte : les pédiatres, les puéricultrices, les obstétriciens, les sages-femmes, ainsi que tous les personnels de terrain et les responsables des services supports médico-techniques et logistiques du CHRU. Les utilisateurs ont noté les trois esquisses, selon une grille d’analyse. Le cabinet CRR Architecture a été retenu, pour la luminosité de son architecture agrémentée de patios et l’occupation rationnelle de l’espace. La distribution des locaux et leur aménagement ergonomique ont été pensés pour éviter les troubles musculo-squelettiques, risques psycho-sociaux…. L’architecture exprime aussi le respect de la confidentialité et de l’intimité des couples mère-enfant.
La concertation a été très importante pour l’aménagement des 12 lits kangourous au 2ème étage d’Olympe de Gouges. Afin de définir la localisation des lits kangourous, des groupes communs de personnels de l’hôpital pédiatrique Clocheville et de la maternité Olympe de Gouges ont visité les hôpitaux de Nantes, Clermont-Ferrand et Rennes.
 
Tout au long du chantier, les équipes vont continuer à participer au projet, et à travailler sur l’organisation, notamment en termes de personnel, sur l’équipement médical et le fonctionnement futur entre l’activité de néonatologie et l’obstétrique.

Flux et circulation
Les unités de réanimation et de soins intensifs de néonatologie doivent être les plus proches possibles des salles de naissances et du bloc obstétrical : le niveau 1 du bâtiment de néonatalogie sera donc au même niveau que le niveau 1 du bâtiment Olympe de Gouges ; ces niveaux seront reliés par une galerie. Les deux unités de surveillance continue seront situées au niveau 2 (l’une dans le nouveau bâtiment et l’autre dans Olympe de Gouges) et reliées par une galerie. L’unité kangourou sera donc ainsi intégrée à la zone des suites de couches d’Olympe de Gouges.
L’objectif est de créer les circuits les plus courts possibles et de respecter les règles d’hygiène et de sécurité. 

Normes HQE

Ce bâtiment sera le premier du CHRU de Tours étudié pour se rapprocher des normes de HQE (Haute Qualité Environnementale). Une attention particulière a été portée au traitement du bruit, en agissant sur l’environnement physique (matériaux utilisés, climatisation), sur les équipements utilisés (couveuse, alarme), mais aussi sur les habitudes du personnel concernant l’usage de la chambre : un travail a été réalisé dans ce sens avec un spécialiste du bruit Ingénieur de l’ARS Centre – Val de Loire.

Futur bâtiment de néonatologie et réanimation néonatale : les chiffres clés


Budget
: 24 millions d’euros de travaux et 2 millions d’euros d’équipements, financés par le CHRU de Tours

Concertation des équipes : une centaine de personnes des services concernés et des personnels supports ont été impliquées dans le projet.

Parking : 100 places supplémentaires sont prévues dans le projet.
 
Calendrier
– De juillet à décembre 2013 : élaboration du programme détaillé
– De décembre 2013 à avril 2014 : concours d’architecture et sélection du cabinet CRR
– D’avril à mai 2014 : élaboration de l’avant-projet sommaire par l’architecte, et validation par le comité de pilotage
– Début 2015 : lancement des appels d’offres de travaux
– De septembre 2015 à mi-2016 : groupes de travail sur les organisations soignantes, logistiques, équipements…
– Septembre 2015 : début des travaux
– Fin 2016 à mi-2017 : livraison du bâtiment
– Mi-2017 : réception du bâtiment et de son équipement
– Septembre 2017 : ouverture du bâtiment

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.