Futur CHU île de Nantes : le jury retient 4 équipes sur 23

Programmée à horizon 2023-2025, la reconstruction tant attendue du CHU sur l’Île de Nantes entre dans sa phase « projet architectural », étape déterminante puisqu’il s’agit de dessiner le nouveau cœur de la métropole nantaise. Sur les 23 équipes candidates au concours de maîtrise d’œuvre quatre ont été retenues par un jury dont la sélection a été entérinée par Christiane Coudrier, directeur général de l’établissement : AIA Associés, Claus En Kaan Architecten, Art & Build, Reichen et Robert Associes.

Programmée à horizon 2023-2025, la reconstruction tant attendue du CHU sur l’Île de Nantes entre dans sa phase « projet architectural », étape déterminante puisqu’il s’agit de dessiner le nouveau cœur de la métropole nantaise. Sur les 23 équipes candidates au concours de maîtrise d’œuvre quatre ont été retenues par un jury dont la sélection a été entérinée par Christiane Coudrier, directeur général de l’établissement : AIA Associés, Claus En Kaan Architecten, Art & Build, Reichen et Robert Associes. Enjeu : regrouper sur un site unique toutes les activités de court séjour du CHU de Nantes, aujourd’hui dispersées entre l’Hôtel Dieu en centre-ville de Nantes et l’hôpital Guillaume et René Laennec sur la commune de Saint-Herblain au nord-ouest de Nantes. La reconstruction de l’Institut de Cancérologie de l’Ouest fait également partie du projet, sous la forme d’une tranche conditionnelle. Les projets devront être remis dans 6 mois et la commande officielle sera notifiée fin 2014.
Le concours de maîtrise d’œuvre lancé le 16 septembre dernier a permis à 23 équipes, françaises, européennes ou américaines de proposer leur candidature. Architectes, urbanistes, bureaux d’études, spécialistes des flux hospitaliers, économistes, coordonnateurs d’opérations complexes, mais aussi paysagistes, acousticiens, designers se sont associés pour répondre aux enjeux d’un tel projet, qui se résument en 5 priorités et une obligation :
• donner une réponse architecturale aux orientations stratégiques du CHU, en particulier l’intégration soins, recherche et enseignement;
• proposer une conception urbaine de l’hôpital au cœur d’un quartier hospitalo-universitaire de centre-ville;
• porter une vision innovante de l’hôpital, organisée autour des parcours patients, associant une organisation efficiente des activités et une évolutivité permanente du bâti;
• intégrer les dernières évolutions technologiques pour la médecine, mais aussi la logistique, l’informatique permettant au CHU de passer à l’ère de l’hôpital numérique;
• rechercher l’exemplarité environnementale.

La prise en compte de ces enjeux, évaluée dans le projet validé par l’Etat, donnera lieu à des revues de projet régulières entre les services du Ministère de la santé, de l’Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire et du CHU. En conséquence, l’équipe de maîtrise d’œuvre retenue s’engagera dans une recherche d’optimisation tout au long du projet, en particulier en matière de surfaces et de coûts.
Le jury, composé de 12 membres, s’est réuni le 22 janvier pour proposer quatre équipes candidates. Le directeur général, Christiane Coudrier, a choisi de suivre l’avis de ce jury en sélectionnant les quatre équipes suivantes :
• une équipe internationale : AIA ASSOCIES, architecte mandataire, dont les principaux partenaires sont l’urbaniste portugais SOUTO MOURA, les architectes espagnols BARCELONA GLOBAL DESIGN et le bureau d’études AIA INGENIERIE;
• une équipe hollandaise : CLAUS EN KAAN ARCHITECTEN architecte mandataire, dont les principaux partenaires sont les architectes hollandais EGM ARCHITECTEN, l’urbaniste français ATELIER PRANLAS DESCOURS et les bureaux d’études EVP INGENIERIE en France et BOMA INPASA en Espagne;
• une équipe franco-belge : ART & BUILD, architecte mandataire, associé à l’architecte Jean-Philippe PARGADE, au bureau d’études ARTELIA et à l’urbaniste-paysagiste SIGNE SAS-SIGNES PAYSAGE;
• une équipe française : REICHEN ET ROBERT ASSOCIES, architecte mandataire et urbaniste, dont les principaux partenaires sont les architectes de GROUPE 6 et les bureaux d’étude INGEROP, SETEC et BERIM.
Les quatre équipes disposeront de 6 mois pour proposer un projet architectural pour le futur site hospitalo-universitaire, sous la forme d’esquisse et de maquettes, répondant aux exigences du cahier des charges. Le jury se réunira à nouveau fin 2014 pour proposer au directeur général du CHU de Nantes un classement des 4 projets, en vue de la conclusion d’un marché de maîtrise d’œuvre.

Pour en savoir plus, le CHU de Nantes répond à 26 questions sur son site internet…

pourquoi changer?

un tel projet, est-ce une dépense inutile, voire du gaspillage? Qui paie?

combien coûte le projet île de Nantes ?

Et les facultés de médecine et de pharmacie, déménageront-elles aussi ?

pourquoi tous ces travaux de rénovation à différents étages de l’hôtel-Dieu?

puis-je voir les plans du futur hôpital?

s’agit-il d’une décision seulement locale?

pourquoi l’Ile de Nantes et où exactement?

quand le nouvel hôpital ouvrira-t-il?

que va-t-il se passer entre 2010 et 2020?

à propos de la circulation aux heures de pointe…

d’où viennent les patients du CHU?

il faut construire en extérieur près du périphérique…

le nouvel hôpital sera public ou privé?

le site de l’hôpital Laennec me semble plus logique…

le sol de l’Île de Nantes permet t-il de recevoir des machines de radiothérapie?

pourquoi avoir retenu l’Île de Nantes et pas le site Nord-Laennec?

qu’en est-il du risque d’inondation?

qu’en est-il du stationnement?

que deviendront les anciens bâtiments?

que se passerait-il en cas de manifestation avec blocage des ponts?

quel avenir pour les industries installées sur l’île de Nantes?

quel est l’avenir de la collaboration du CHU avec le centre René-Gauducheau?

quid des bâtiments actuels?

quid des nuisances pour les riverains?

un référendum sur le projet ?

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.